Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

L’édito du TC par Jacques Pumaréda. Dis-moi qui t’a fait, je te dirai qui tu es

Il est tout à fait intéressant de voir les fées qui se sont penchées sur le berceau de notre nouveau prodige de président. « Emmanuel Macron ? C’est moi qui l’ai repéré. C’est même moi qui l’ai inventé », affirme Jacques Attali. Il l’a nommé en 2007 rapporteur adjoint de sa commission pour la libération de la croissance. Là, il siège au milieu de dix-sept patrons et remplit son carnet d’adresses. Il est introduit dans le Tout-Paris des médias et à la banque Rothschild. Il rencontre le banquier d’affaires Mathieu Pigasse, le fondateur de Free, Xavier Niel et Pierre Bergé. Nommé secrétaire général adjoint à l’Elysée en mai 2012, il devient la courroie de transmission entre les grandes entreprises et le pouvoir. « Emmanuel Macron est notre relais, notre porte d’entrée auprès du président » déclare le PDG d’Orange. Sa nomination à Bercy lui vaut la réputation de chantre de la « destruction créatrice » des emplois. « Ce serait une grossière erreur de protéger les entreprises et les jobs existants » estime-t-il en décembre 2014.

Nous voilà prévenus, pour ceux qui croient encore au conte de fées au travers des unes de la presse people. La politique de M. Macron va être terrible pour le monde du travail et pour le pays. « Le capitalisme moderniste invoque toujours la liberté pour mener les politiques les plus régressives » avertit l’économiste Robert Kissous. Il va falloir résister et se battre d’arrache pied. Avant l’hypothétique troisième tour social, il est une étape qu’il ne faut pas négliger, ce sont les élections législatives. Pierre Laurent a rappelé combien les communistes entendent contribuer à l’élection de nombreux députés de gauche capables de s’unir demain face à Macron. Les députés communistes sont la garantie d’une fidélité aux engagements pris, désintéressés, intègres, opiniâtres, sincères, ils sont partout aux côtés des salariés en lutte pour la défense de leurs emplois et de leurs droits. Ils seront les meilleurs remparts contre la politique de M. Macron. Le bulletin de vote qui porte le nom des candidats communistes est à la disposition de toutes celles et tous ceux qui ont la gauche de transformation sociale au cœur, qu’ils aient voté Mélenchon ou Hamon. N’hésitez pas ! Face aux tentatives de division, au sentiment de gâchis à la suite du refus par La France Insoumise d’un accord national, les communistes ont plus que jamais à cœur de rassembler dans le respect de la diversité, pour un projet d’unité populaire capable de faire barrage à l’oligarchie financière.
 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64