Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

1ère circonscription des Pyrénées-Orientales. Les forces en présence

Le 11 juin prochain, ils-elles seront 13 à briguer un mandat de député.

Sans le sortant Jacques Cresta (PS) qui, après avoir fait des pieds et mains pour décrocher l’investiture « La République en marche », s’est fait coiffer sur le poteau. Il a finalement décidé de ne pas postuler à une très hypothétique réélection.

Jeu troublé à droite

Tout bouge partout après une présidentielle atypique. La première circonscription n’échappe pas à la règle. C’est Romain Grau, adjoint au maire de Perpignan et vice-président de l’Agglomération Perpignan-Méditerranée, qui a créé la surprise en obtenant le label macroniste. Belle prise pour le camp du nouveau président qui jette un pavé dans la mare de la droite où le maire de Pollestres, Daniel Mach, tentera de reprendre un territoire sur lequel il avait régné sous la présidence Sarkozy. La bagarre s’annonce musclée entre les deux élus. En effet, au premier tour de la présidentielle, François Fillon avait obtenu 18,36 % juste derrière Emmanuel Macron (19,55%).

Mais que dire de la gauche ?

Elle partira au combat plus divisée que jamais du fait de l’obstination de La France Insoumise à ne pas vouloir conclure d’accord local avec le PCF. Bilan : pour porter les espoirs des électeurs qui souhaitent l’émergence d’une véritable gauche de transformation sociale, la vice-présidente communiste du conseil départemental, Françoise Fiter, dont chacun connaît l’engagement au quotidien et la déjà longue expérience politique, devra batailler dans un contexte de concurrence préjudiciable avec la France Insoumise. Sans compter la candidature de Jean Codognès qui signe son retour sur le devant de la scène grâce à l’accord national PS-EELV. L’ancien adversaire résolu de Christian Bourquin devra faire mieux que le 5,17% de Benoît Hamon le 23 avril.

Jean-Luc Mélenchon avait « cartonné » lors du premier tour de la présidentielle avec 21,43%, derrière le FN, mais largement devant Macron. Les communistes des P.-0. qui se sont fortement engagés dans la campagne ne sont pas pour rien dans ce résultat. Et une gauche unie -ici comme dans tant d’autres circonscriptions- pourrait présenter un tout autre visage.

Reste le Front national, arrivé en tête (27,9 %) le 23 avril et qui constitue toujours une menace. Son candidat, pour élargir son assise, ne pourra cependant compter sur l’apport de Debout la France également présent sur la ligne de départ.

Résumons-nous. Une droite fragilisée par le transfuge Romain Grau qui vient chasser sur ses terres ; une gauche dramatiquement éclatée ; un FN qui ne pourra compter que sur lui-même et une toujours possible forte abstention : le match s’annonce on ne peut plus incertain dans la plus urbaine des circonscriptions catalanes où aucun jeu n’est fait. Et où, donc, tous les espoirs sont permis.

Aurélien (Le Travailleur Catalan, le 26 mai 2017)

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64