Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

4ème circonscription des Pyrénées-Orientales. Des Albères et des Aspres, jusqu’à la mer, elle déploie tous ses atouts économiques

Le territoire que sillonnent les candidats PCF/Front de gauche, Nicolas Garcia et Sophie Ménahem, regroupe 97 946 électrices-électeurs répartis dans les cantons d’Argelès-sur-Mer - Côte Vermeille, Arles-sur-Tech, Céret, , Elne, Prats-de-Mollo-La-Preste et Thuir dont 16 197 (21,46%) d’entre eux ont voté Mélenchon à l’élection présidentielle, le plaçant en deuxième position dans la circonscription. Ce bon résultat est un point d’appui considérable pour les luttes et revendications à venir et pour les candidats. La question d’une candidature unique entre le PCF/Front de Gauche et LFI s’était fortement posée mais n’a pas trouvé écho favorable. Désormais, le temps est compté pour convaincre les électrices-électeurs de voter utile et efficace et donc de la pertinence des candidatures communistes.

Atouts et redistribution utile des cartes

Un panel d’activités caractérise la circonscription: l’économie de la mer avec des petits pêcheurs confrontés à de graves difficultés économiques, faute de poissons et de place dans les ports qui favorisent la plaisance. Avec Port-Vendres, en liaison avec l’Afrique du Nord pour les fruits et légumes, qui voit son activité en diminution et dont les marchandises qui pourraient transiter par mer ou rail, sont aujourd’hui couplées d’un acheminement par camions qui encombrent les autoroutes de France et d’Europe. Quant aux liaisons passagers, elles sont cantonnées au strict minimum. L’urbanisation empiète sur les terres nourricières et la politique agricole commune aidant, des pans entiers du paysage révèlent des friches (37 %).

L’agriculture et l’agroalimentaire, l’élevage et le tourisme vert, la viticulture et ses crus exceptionnels (Banyuls, Collioure), le maraîchage, l’exploitation des forêts (liège, micocouliers, plaquettes...), souffrent des règles de la concurrence, de la rentabilité et de l’austérité budgétaire qui hypothèquent la dynamique nécessaire à une vie rurale profitable à toutes et tous. Le thermalisme et les établissements de santé pâtissent du déremboursement des soins et de la concentration des services sur Perpignan, favorisant les déserts médicaux.

Patrimoine industriel des tissus, patrimoine culturel, historique et artistique (160 sites culturels soit 30 % des sites du département), services publics et services à la personne, activités touristiques, fixent une population active en diminution remplacée par des familles plus âgées que la moyenne départementale notamment dans le sud du territoire. Argelès et Elne sont les deux principaux pôles du territoire (1/3 de la population) et captent 46 % des équipements publics. En matière d’emplois, la plupart sont des contrats saisonniers dans le tourisme ou les activités agricoles et la question des transports et du pouvoir d’achat se pose pour les salariés et retraités.

Pour un vote utile et efficace

Ce n’est pas d’hier que les candidats connaissent la multiplicité des ressources de la circonscription. Nicolas Garcia, vice-président du conseil départemental, emploie son énergie à défendre avec conviction ce territoire, ses élus et populations depuis des années. Sophie Ménahem, militante communiste, qui vit et enseigne dans le Vallespir, est engagée dans le milieu associatif et dialogue avec la jeunesse. Le duo prône une reconquête du territoire en maintenant les écoles, les services postaux, les petits commerces, les lignes de train, en encourageant et soutenant le commerce de proximité, l’artisanat et les PME, générateurs d’emplois et de lien social, en investissant dans les énergies renouvelables créatrices d’emplois non délocalisables.

Il défend les valeurs progressistes et écologiques, dans un esprit de rassemblement des forces qui rejettent le pouvoir nocif de l’argent-roi. Pas plus hier que demain, il ne compte baisser ni les yeux, ni les bras. Leur but aujourd’hui avoué est de conquérir la 4e circonscription pour porter la parole des habitants des P.-O. jusqu’à l’Assemblée nationale et contrer les mauvais coups du président Macron.

Le Travailleur Catalan, le 9 juin 2017

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64