Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

L’édito du TC par Jacques Pumaréda. Relever la tête

Ne pas laisser le champ libre au bulldozer Macron semble un impératif urgent à cette rentrée de septembre, trois mois à peine après les élections présidentielles et législatives. Le nouveau président des riches met les bouchées doubles pour casser le code du travail, démolir la protection sociale ou étrangler les collectivités locales. S’il a une écrasante majorité à l’Assemblée nationale, il n’en a pas dans le peuple où la colère et l’envie d’en découdre commencent à monter. Après la journée réussie de grève et de manifestations du 12 septembre, la fête de l’Huma qui a rassemblé plus de cinq cents mille participants a montré un peuple de gauche mobilisé et déterminé. Dans les stands comme dans les agora des centaines de débats, de témoignages ont nourri les réflexions de chacun dans la diversité des sensibilités. La fête a servi de tremplin à l’offensive du début de l’automne social. Se sont exprimés pendant ces trois jours un désir puissant d’unité, un besoin de convergences politiques sur un projet très clair de transformations et de ruptures. La confrontation est nécessaire au débat mais il faut qu’elle se traduise par une unité radicale au combat. D’ailleurs une petite musique différente se fait entendre cette semaine dans les médias, l’entrée dans le mouvement d’une partie de la CFDT et de l’UNSA, la rentrée des étudiants, font planer un petit vent d’inquiétude chez nos commentateurs patentés. Les rendez-vous du 21, du 23 , du 28 septembre ainsi que du 10 octobre marquent les étapes d’une mobilisation grandissante qui peut faire reculer le gouvernement.

Les élections sénatoriales s’annoncent difficiles pour le pouvoir en place. Les élus locaux subissent de plein fouet la politique libérale et autoritaire du président de la République. Avec la suppression de la taxe d’habitation, c’est porter un coup de plus à la libre administration des assemblées élues. La baisse des dotations de l’Etat comme la fin des emplois aidés mettent de plus en plus en péril les services publics locaux. Dimanche prochain le bulletin des candidats communistes Edith Pugnet et Patrick Cases est à la disposition des grands électeurs pour dire non à cette politique de régression.

Les nuages s’accumulent sur la tête de Jupiter, et toutes les opérations de communication n’y pourront rien changer et comme dit un proverbe africain : « le séjour dans l’eau ne transforme pas un tronc d’arbre en crocodile. »

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64