Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Catalogne. Grève générale contre la répression et pour les libertés

Aujourd’hui est journée de grève générale en Catalogne.

Le premier syndicat à avoir lancé le processus est la CGT catalane qui a décidé le 27 septembre de déposer un préavis de grève à partir d’aujourd’hui et courant jusqu’au 9. Au final, ce sont 44 organisations dont les principaux syndicats catalans et deux associations indépendantistes qui appellent à la grève générale. Dans un communiqué très argumenté la CGT catalane rappelle l’état de délabrement auquel sont confrontés les salariés espagnols durement attaqués par des lois du Travail revues et corrigées par les gouvernements d’austérité. Aux salaires en baisse se sont ajoutés des obstacles mis à la liberté syndicale. Obstacles qui ont touché de plus en plus de monde à l’occasion de l’organisation du référendum.

« Au cours de ces derniers jours et de ces dernières semaines, nous avons observé comment cette répression s’est étendue à d’autres secteurs de notre société, aboutissant en ce qui semble un processus général de suspension des droits civils par l’État » plaide le communiqué pour expliquer sa décision d’appeler à la grève. Et d’articuler ses revendications autour de trois mots d’ordre : « mettre un terme à la suspension des droits civils imposés au cours des derniers jours », « le refus de la présence de nombreux policiers et militaires dans de nombreux lieux de travail comme cela a été le cas au cours des dernières semaines » et enfin « la suppression des contre-réformes du travail de 2010 et 2012 ».

Concernant la question spécifique de l’indépendance de la Catalogne, « la CGT n’a pas de position définie vis-à-vis de l’indépendance parce que son objectif, comme syndicat, est la défense des droits de tous les travailleurs » explique Thomas Janssens sur le site « rapport de force », « par contre, notre organisation juge intolérable la réponse autoritaire donnée par le gouvernement central et les administrations de l’État. Le refus du gouvernement central de négocier la possibilité d’un référendum et l’application disproportionnée et autoritaire de la loi a poussé de nombreux citoyens, qui étaient relativement indifférents, à réclamer maintenant ce référendum à cor et à cri. Indépendamment de leurs positions pour ou contre a l’indépendance ».

Lors de mouvements sociaux, c’est le gouvernement de Catalogne qui fixe les services minimums. Les chemins de fer, bus et métros de Barcelone fourniront un service minimum de 50 % en heures de pointe et de 25% le reste de la journée. En matière de santé, les services d’urgence seront assurés.

Angélique Schaller  (La Marseillaise, le 3 octobre 2017)

Les résultats données par les autorités catalanes

2,26 millions de personnes ont voté sur les 5,3 millions d’électeurs appelés à se prononcer. Soit un taux de participation de 42,3% sachant que le référendum était interdit.

319 bureaux de vote ont été fermés par les forces de l’ordre sur les 2315 ouverts dans 712 des 948 municipalités catalanes qui avaient accepté de participer au scrutin.

90% de oui à la question « voulez-vous que la Catalogne soit un État indépendant sous forme de république ? » Parmi les autres bulletins, 176.000 étaient non, 45.500 blancs et 20.000 nuls.

92 blessés parmi les 893 personnes ayant « sollicité assistance sanitaire en relation avec les charges des forces de police de l’État » selon le gouvernement régional.

La Marseillaise, le 3 octobre 2017

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64