Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

L’édito du TC par René Granmont. Le temps de la riposte

La signature en grandes pompes devant micros et caméras des ordonnances par Emmanuel Macron est très symbolique de la volonté de ce nouveau monarque d’aller jusqu’au bout de l’offensive lancée pour casser irrémédiablement l’État social républicain. Profitant de la décomposition du paysage politique, les rois de la finance et les seigneurs du Médef entendent bien utiliser les premiers mois de mandat de leur poulain pour imposer un ordre social toujours plus inégalitaire et redéfinir la place du travail humain pour totalement le plier aux besoins du capital.

Aujourd’hui tout est attaqué par Emmanuel Macron et Edouard Philippe : droit du travail, droit au logement, système de retraites, sécurité sociale, collectivités territoriales, université, fiscalité, système de santé…

Pourtant, contrairement aux affirmations des thuriféraires de Jupiter, il n’y a pas d’accord majoritaire de nos concitoyens pour une telle destruction massive de ce qu’on appelle le modèle social français, une telle mise en pièces des acquis de décennies de luttes sociales, au profit des dividendes et des rentes de quelques-uns.

Le contraire serait d’ailleurs étonnant car, par-delà les discours doucereux des députés macronistes, les « durs pépins de la réalité » sont vécus par tous. Par les retraités amputés de plusieurs centaines d’euros chaque année, par les salariés bénéficiaires de contrats aidés renvoyés à Pôle Emploi, par les étudiants privés d’une partie de leur APL, par la majorité des foyers fiscaux qui verront leurs revenus baisser, par les locataires qui resteront dans des logements vétustes, les organismes HLM étant privés de 685 millions d’euros, par les élus locaux qui ne peuvent plus assurer la continuité des services publics, …

Face au projet global de destruction du système social français, la résistance commence peu à peu à poindre. Après la marche organisée par la France Insoumise à Paris, la mobilisation des routiers fin septembre, les manifestations de retraités le 28 septembre, la journée de grève et de manifestations du 10 octobre prochain s’annonce d’ampleur. Ces indispensables ripostes doivent encore s’élargir en misant sur la diversité et la complémentarité des organisations et forces disponibles.

Car, dans ce qu’il faut bien appeler un combat de classe, l’enjeu est de taille. Face au tsunami social annoncé, doit s’affirmer une riposte globale de tout le pays. Aussi est-il des plus urgents d’aider aux convergences, de relier protestations et actions, de montrer qu’une autre voie au service de toutes et tous est possible.

Nous voulons, pour notre part, y contribuer et concourir à l’ouverture d’autres perspectives que le champ de ruines promis par Emmanuel Macron.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64