Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Conseil national. Introduction d'Émilie Lecroq

Cher-e-s camarades,

Voici un mois que la consultation des communistes, en vue de notre congrès extraordinaire, est lancée. Notre Conseil national d'aujourd'hui se situe à mi-chemin entre le lancement de la consultation et l'assemblée nationale des animatrices et animateurs du 18 novembre.

Une grande majorité des fédérations a désormais entamé le travail et mis en place des dispositifs d'animation avec des formes diverses, selon les départements avec un responsable bien identifié, un collectif d'animation ou sous la responsabilité des exécutifs. Il nous manque encore des informations sur quelques départements, mais c'est un début positif. De nombreux mails nous parviennent à la suite de la lettre d'animation hebdomadaire pour nous faire part de rencontres qui vont se tenir dans les prochains jours : Réunions des secrétaires de section, Assemblées départementales, AG de section, réunions par quartier ou de cellule... dans de très nombreux endroits, la campagne est donc désormais lancée.

À l'heure actuelle, la grande majorité des réponses à la consultation sont des réponses en ligne. Plus de 4.000 adhérents ont pris le temps de répondre à cette consultation pour verser leur avis au débat. Et beaucoup d'autres nous signalent, par mail, qu'ils l'ont fait sur papier et nous le transmettront via leur section ou leur fédération.

Le profil des adhérents qui répondent en ligne est très divers d'un département à l'autre. On y retrouve des animateurs locaux du Parti comme des adhérents plus éloignés de nos structures, des adhérents pour qui nous ne possédions plus les bonnes coordonnées postales, par exemple.

Ceci est un résultat extrêmement encourageant, il montre l’intérêt des communistes quand on leur demande de donner leur avis et de participer au débat préparatoire du congrès. Ces premiers résultats sont des éléments de confiance pour élargir le nombre de communistes que nous sollicitons avec le document de consultation.

Si nous maintenons l'ambition de consulter, d'inviter aux débats un nombre important d'adhérents du PCF, il nous faut prendre l'ensemble des dispositions de directions nécessaires, dans la diversité de nos responsabilités, pour aller à la rencontre de ces adhérents, pour les inviter à débattre des enjeux du congrès.

Il ne s’agit pas là d’ajouter un supplément d’âme à une démarche expérimentale mais de réussir la première étape de ce congrès extraordinaire à venir dont chacun, chacune, s’accorde à dire qu’il doit être vraiment novateur, le fond, comme la forme.

L'un des premiers éléments qui donnera un caractère extraordinaire à ce congrès sera le nombre de communistes que nous serons en capacité de lier aux débats. Ceci est vrai nationalement mais également au niveau local comme départemental.

Lier le plus grand nombre d'adhérents de notre parti à nos actions et à nos réflexions est un travail essentiel pour les animateurs que nous sommes. C'est un élément important pour la mise en mouvement d’un plus grand nombre d’adhérents de notre parti, pour faire bouger les rapports de force, pour gagner en ampleur et efficacité dans la diffusion de nos idées dans la société.

Le document de consultation est un outil pour cela.

*****

Durant les prochaines semaines, et jusqu'au du 18 novembre, il nous faut donner plus de force au travail entamé en l'étendant aux communistes que nous voyons moins régulièrement ; cela nécessite des plans de travail, territoire par territoire.

Si des doutes ont pu exister et persistent toujours autour du document de consultation, aujourd’hui une majorité des animateurs s’accordent à dire que c’est un outil utile pour aller à la rencontre d’un nombre important de communistes.

Pour dépasser les appréhensions qui peuvent perdurer, il nous faut ainsi poursuivre nos efforts de direction en explicitant les objectifs de cette consultation.

En effet, l'ambition avec cette consultation n'est pas seulement de récolter l'avis mais de faire débattre, de faire réfléchir autour de nos objectifs. Elle participe à éclairer les obstacles que nous rencontrons comme à identifier nos points d'appui. Elle crée, d'emblée, une première dynamique autour du diagnostic des transformations nécessaires à opérer dans notre parti.

En ouvrant la réflexion personnelle tout en donnant une impulsion aux échanges collectifs, la consultation ne vise évidemment pas à se substituer aux travaux qui construirons le congrès à venir mais elle en amorce le cheminement, et particulièrement celui choisi par les communistes. C'est un outil important pour nos directions pour inviter chacun à s'engager dans le débat et par la même dans l'avenir de notre organisation.

Cette invitation qui leur est faite - on le lit dans les mails, on l'entend dans les appels reçus à la Vie du Parti -, bien des adhérents s'en emparent, avec sérieux, volonté, et enthousiasme.

À la suite de leurs réponses, de nombreux camarades poussent le débat plus loin en nous communiquant des contributions individuelles ou collectives, des comptes rendus de réunion, sur les sujets qui leur semblent importants d'aborder à l'occasion de notre congrès.

Le nombre de consultations remplies, les comptes rendus, tout comme les contributions qui nous parviennent sont autant d'éléments qui permettront de préparer et de définir les propositions mises en débat le 18 novembre.

*****

La journée du 18 novembre est importante. Elle doit nous permettre, à partir de ces éléments recueillis, d'établir collectivement la liste des chantiers de travail, l'ordre du jour, ainsi que la méthode de préparation du congrès.

Pour faire de cette assemblée un moment de travail collectif et efficace, je vous propose de désigner une commission qui sera chargée de formuler une synthèse et des propositions pour la journée du 18 novembre.

À partir des contributions, des comptes rendus et des résultats de la consultation des communistes, cette commission travaillera des propositions sur les sujets à l'ordre du jour de cette rencontre.

Ces propositions, concernant les chantiers et la méthode de préparation de notre congrès, seront alors débattues et enrichies, en ruches et en séance plénière, afin de finaliser les questions à l'ordre de jour et les méthodes de travail, de débats et d'élaboration collective.

La commission, bien évidemment à parité, présidée par Pierre Laurent, pourrait se composer de Thierry Aury, Frédéric Boccarra, Vincent Bouget, Céline Brulin, Marie-Christine Burricand, Nicolas Cossange, Isabelle De Almeida, Cécile Dumas, Frédérick Genevée, Colette Gerguen, Yann Le Polloctec, Céline Malaisé, Corinne Matignon, Gilles Ravache, Guillaume Roubaud-Quashie, Anne Sabourin, Aymeric Seassau, Nathalie Simonnet et moi-même .

Concernant l'assemblée du 18 novembre, les secrétaires fédéraux, les membres du Conseil national ainsi que les parlementaires sont invités à participer à cette rencontre.

Pour les animateurs et animatrices de section, afin de prendre en compte la diversité de situation des sections du Parti, et sur la base des cotisants ADF, la répartition est la suivante : Un animateur de section pour les sections entre 10 et 100 cotisants ADF et un animateur supplémentaire, donc 2, pour les sections à plus de 100 cotisants ADF.

Il est à la charge de chaque fédération de communiquer à la Vie du Parti, le ou les noms des secrétaires de sections ou animateurs / animatrices de sections concernés.

*****

Enfin je vous propose aussi que chaque membre du Conseil national et chaque secrétaire fédéral, présent aujourd'hui, puisse participer à une part du travail que devra effectuer la commission dans le cadre de la préparation du 18 novembre.

Pour ce faire, les travaux de cet après-midi se dérouleront donc en atelier. L'objectif dans chaque atelier sera de travailler à identifier les chantiers à traiter ainsi que la méthode de préparation du congrès. Deux animateurs désignés par atelier sont chargés de faire un compte rendu écrit. Les comptes rendus des ateliers seront ainsi versés aux travaux de la commission.

Les éléments que nous avons et continuons de recueillir issus de la consultation vont nous aider dans ce travail. Ce sont des indications précieuses sur les questions que se posent les communistes.

Pour exemple, à ce jour, on peut ainsi avancer que plus de 90 % des communistes consultés indiquent la question de la communication comme faisant partie des questions qu’il nous faudra aborder lors de notre congrès.

La question « De quel parti avons-nous besoin ? », avec des portes d’entrées pour l'aborder diverses, est aussi pointée comme une question importante à traiter, cela par plus de 88 % de communistes consultés. Il en est de même concernant la question « De qui voulons nous être le parti ? ».

La question relative au dynamique de changement, celle du rassemblement et de la gauche figurent également comme des éléments importants à aborder pour les communistes.

À ceci nous pouvons ajouter les comptes rendus de réunion, qui pointent, pour une partie d'entre eux, la questions des mutations de la société, notamment concernant le travail. Il nous faut les analyser pour prendre en compte toutes les nouvelles dimensions des défis qui sont devant nous pour inverser les rapports de force.

Voici donc, pour le moment, quelques indications partielles qui ressortent fortement des premiers retours des consultations en notre possession et qui peuvent être utiles pour nos discussions à venir.

Toutes ces réponses constituent des éléments précieux qu’il nous faudra analyser avec finesse pour prendre en compte l’ambition et les attentes qu'expriment les communistes pour le congrès à venir, afin de définir des chantiers et une méthode de travail à la hauteur des enjeux, des attentes.

*****

La méthode de travail des chantiers doit permettre de maintenir un haut niveau d’ambition de participation des communistes. C'est pourquoi cette question de méthode doit être considérée avec tout autant d'importante que la définition des thèmes des chantiers que nous devrons travailler.

Nos chantiers doivent permettre bien-sûr le débat d’idées mais également des espaces d’expérimentation afin de commencer à initier les dynamiques qui nous paraissent indispensables pour demain.

Ils doivent être des lieux, des moments de débats internes, sans pour autant se priver des intelligences, des expériences qui existent et se vivent dans la société, et dans les cercles proches de nous. Ainsi nous pourrons, par exemple, certainement nourrir notre réflexion de tous les apports qui vont traverser les rencontres, les initiatives que le Parti a programmé dans ces prochaines semaines et mois.

En effet, ce sera, sur des thèmes et dans des configurations diverses, chaque fois l'occasion d'échanger, avec des intervenants de qualité, intellectuels ou acteurs impliqués dans différents cadres de la société.

Je pense par exemple au programme organisé à l'occasion du centenaire d'Octobre 17 qui vient de débuter, au forum européen à Marseille en novembre, aux rencontres Niemeyer de janvier 2018, aux états généraux du numérique en mars ou encore à la Convention nationale pour l'art, la culture et l'éducation populaire, et bien-sûr les États généraux du progrès social décidés hier.

*****

Avec ce congrès, nous voulons bâtir, à partir des aspirations qui existent dans le Parti, dans la société. Et parce que l’action nourrit les échanges et la réflexion, l’ensemble des initiatives que nous prendrons, les espaces de dialogues que nous initierons, compterons pour atteindre cet objectif.

Je souhaite finir avec les mots de Sénèque : « Ce n’est pas parce les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles. »

Merci.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64