Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

L’édito du TC par Roger Hillel. Malentendu et méprise

La devise portée sur le logo du Travailleur Catalan « hebdo communiste des P.-O. » peut susciter quelques malentendus. Certains l’interprète, à tort, comme réduisant notre hebdo à n’être qu’un simple porte-parole du PCF et de sa fédération des P.-O. C’est faire injure aux exigences de son travail spécifique d’information et d’analyse. C’est ignorer que celles et ceux qui y écrivent ne sont pas issus d’un même moule. De sorte qu’il n’y a rien d’étonnant à ce que le traitement d’un même évènement puisse présenter des nuances, voire même des différences.

Il y a une autre méprise qui tient à ce que d’aucuns voudraient cantonner les journalistes du TC à défendre des thèses ou produire des analyses dont ils sont persuadés, avec quelque condescendance, qu’elles ne peuvent être que celles des communistes. Illustrons notre propos avec l’exemple des évènements qui agitent la Catalogne. Il s’agit d’une situation complexe sur laquelle nous avons été plusieurs à écrire. Notre ligne commune a été de défendre le droit à l’autodétermination du peuple catalan, de condamner la répression par les autorités espagnoles, d’affirmer la validité du référendum et de reconnaître la légitimité de la revendication d’une catalogne républicaine. Certains auraient préféré que nous caricaturions l’idée de l’indépendance en l’attribuant à la seule élite catalane, alors qu’elle serait boudée par la population laborieuse ou en la réduisant à un nationalisme étroit. D’autres auraient voulu que nous souscrivions à la légende d’un establishment économique catalan ayant fait le choix de l’indépendance. On voit ce qu’il en est aujourd’hui avec la fuite des milieux d’affaires vers Madrid ou d’autres places financières. Alors il est vrai que pour rendre compte de cette complexité, l’expression de notre journal n’a pas été univoque, tel article valorisant plus l’idée d’indépendance, tel autre prenant plus ostensiblement ses distances au profit d’une conception fédéraliste de l’Espagne.

La situation de la Catalogne n’est qu’un exemple de la complexité croissante de la situation mondiale. Nous y serons de plus en plus souvent confrontés. Des schémas d’analyse anciens seront de moins en moins aptes à l’appréhender. Il faudra que nos lectrices et lecteurs consentent à ce que nos analyses puissent parfois les embarrasser, voire même les heurter. Nous admettrons de notre côté qu’elles puissent être contestées.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64