Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Malgré les sondages, la gauche chilienne loin d’être K.O. debout

Aux sondages qui annonçaient la in sans combat de la gauche chilienne et l’évidence du retour de la droite libérale au pouvoir, les citoyens ont répondu différemment au premier tour de l’élection présidentielle.

Non seulement le candidat de droite, Sebastian Piñera -déjà Président entre 2010 et 2014- n’a pas fait les près de 45% annoncés par les sondages mais si les 36,64% de voix obtenues lui ont permis d’arriver premier, il affrontera le 17 décembre prochain Alejandro Guillier, candidat soutenu par les socialistes et les communistes, qui dispose d’un gros potentiel de réserve de voix. Car la grosse surprise de ces élections a été dans la 3e place : Beatriz Sanchez de la coalition de gauche du Frente Amplio a récolté 20,28% des votes.

Cette coalition a surgi dans la foulée des mouvements étudiants qui avaient secoué la première mandature de Piñera, les jeunes plaidant pour une école gratuite et de qualité, rompant avec l’héritage de Pinochet. Or, dans le bilan en demi-teinte de Michele Bacheley qui, entre crise économique et scandale avait fini par voir sa popularité s’effondrer, la gratuité de l’éducation n’a pu être mis en place que partiellement et graduellement. Ce n’est cependant pas sur cette question que Beatriz Sanchez avait remporté la primaire en juillet dernier, mais sur une proposition de mettre la retraite à 60 ans pour les femmes.

Si cette troisième place l’exclut du second tour, elle donne un poids indéniable à la coalition. C’est pour René Jara, analyste de l’université de Santiago interrogé par l’AFP, une « reconfiguration complète du paysage politique chilien ». Et d’estimer que ceux qui jusque-là avaient des réticences à soutenir le socialiste, allaient être « obligés de le faire pour ne pas être tenus pour responsables du retour de Piñera » au pouvoir. Pour Alejandro Guiller, la victoire est acquise, lançant immédiatement un appel au Frente Amplio : « Il est clair qu’avec le progressisme des Chiliennes et des Chiliens qui veulent le changement (…), nous sommes plus nombreux, et donc nous gagnerons en décembre » a-t-il déclaré dès dimanche soir à Santiago.

La Marseillaise, le 21 novembre 2017

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64