Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Scop-Ti bataille pour pérenniser son activité

Belles perspectives pour Scop-Ti qui est en phase de passer le cap difficile lié au manque d’un fonds de roulement. L’appel lancé, l’été dernier, à un financement participatif, semble avoir bien marché et permet à la coopérative ouvrière de surmonter ses difficultés.

« Ce que les banques ne voulaient pas faire (leur travail, au fait) en ne nous prêtant pas de l’argent pour pouvoir faire face à ces difficultés passagères de trésorerie et pérenniser notre activité, des citoyens l’ont fait », lâche Gérard Cazorla, le Président du Conseil d’administration de Scop-Ti. « Les banques n’ont pas cru en notre lutte. Aujourd’hui, elles ne croient pas en notre projet. Le relais a été pris par les citoyens et la population qui eux nous ont soutenu et continuent à le faire. Un élan de solidarité qui dépasse même nos espérances et nous permet, aujourd’hui, d’envisager l’avenir avec beaucoup plus de sérénité et d’optimisme », souligne-t-il.

220.000 euros, c’est la somme qui a été récoltée par la coopérative, fin novembre, à travers ce socio-financement, réalisé grâce au soutien de plus de 2.000 participants. Pour le clin d’œil certains ont signé des chèques de 1336 euros. Des encouragements à la lutte qu’ont mené ces salariés pour maintenir leur outil industriel, avec des emplois et aussi des produits de qualité que les donateurs semblent bien  apprécier.

Des produits de qualité

« On a des témoignages tous les jours de soutien parce qu’on a fait aussi la démonstration, depuis 3 ans, qu’on était capable, non seulement de relancer l’industrie, de préserver les emplois en France mais de proposer des produits de qualité », poursuit le Président du CA de Scop-Ti. « Sachant qu’il a fallu repartir à zéro. Tout reconstruire car Unilever, comme les banques, ne nous a pas aidé, au contraire. On a tiré quelques moyens financiers de la lutte mais Unilever n'a pas voulu nous faciliter la transition en refusant de nous céder la marque Éléphant ou des volumes de production pour nous lancer ».

Pourtant, depuis le démarrage de son activité, en 2014, la coopérative a toujours été en progression. Elle a quadruplé son chiffre d’affaire en 2016 par rapport à 2015 passant de 470.000 euros à 1,7 millions en 2016. Cette année, le chiffre d’affaire est en progression de 70%. « Même si on a enregistré deux bilans négatifs et que le troisième le sera certainement, cette année, comme toutes les entreprises qui démarrent une activité », précise Gérard Cazorla.

Aujourd’hui, tous les indicateurs annoncent des perspec- tives optimistes. La notoriété de la marque est en nette progression. Et, la coopérative enregistre des tendances positives à la fois en chiffres d’affaires et en volume de production, donc en vente. Elle est, selon le président du CA, sur la bonne voie et semble avoir de bonnes perspectives pour l’avenir pour atteindre ses objectifs et parvenir à l’équilibre financier en 2018. « On continue, par rapport au chiffre d’affaire, à croître mois après mois. Et on compte atteindre les 3 millions de chiffre d’affaire d’ici la fin de l’année », explique Gérard Cazorla. « Un combat de tous les jours pour pérenniser ce site et son activité. On a aussi une responsabilité sociale et une obligation de réussite par rapport à tous ces soutiens et cette solidarité avec notre modèle économique. On a la volonté de le faire et on se donne les moyens pour y arriver », conclut-il.

Le financement participatif à cette belle aventure est toujours ouvert. On peut également y participer en achetant les produits et les marques de thé de la société. En cette période de fête, le « Thé de Noël » est en acquisition directe sur le site e-boutique (www.boutique.fraliberthe.fr).

Mustapha Chtioui (La Marseillaise, le 2 décembre 2017)

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64