Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

L’édito du TC par Nicolas Garcia. De Jupiter au roi Soleil

Il faut avoir une sacrée dose d’ignorance de ce qu’est la France, son peuple et ses problèmes, pour organiser une petite sauterie familiale au château de Chambord, en rajoutant, par-dessus le marché, « nous l’avons loué ».

Aussitôt des expressions comme celle-ci nous reviennent « le peuple n’a plus pain, qu’il mange de la brioche ! ». En vérité il y a un monde entre la classe sociale de Macron et le peuple dont il est censé présider aux destinées.

Toutefois il nous faut reconnaître au Président de la République qu’il tient ses promesses. Il avait promis aux riches qu’il les enrichirait, c’est parti et aux patrons qu’il leur faciliterait la tâche pour mieux exploiter et licencier, selon leur bon vouloir, leurs salariés. C’est quasiment fait ! On a de plus en plus la certitude que la France de l’après Macron sera pire encore que le Royaume-Uni de l’après Thatcher. Reconnaissons lui aussi qu’il n’a pas son pareil pour faire passer la pilule avec l’aide, il est vrai, d’interviews complaisantes comme celle réalisée par Laurent Delahousse pour France 2 dimanche dernier.

Mais les apparences ne trompent qu’un temps ! Et la déception est grande, la colère gronde même si elle a du mal à s’organiser. Comme le disait Roosevelt, on peut tromper une partie du monde tout le temps, beaucoup de monde tout le temps, mais on ne peut tromper tout le monde tout le temps.

Pourtant le roi Soleil et son Chambellan remontent dans les sondages et même obtiennent une bonne opinion de la part d’une moitié des français. Comment expliquer cela ? Sans doute parce qu’il n’y a pas de perspective à gauche, pas d’alternative. Le PS est en déconfiture, Mélenchon fait cavalier seul, et la gauche alternative qui a choisi de ne pas démanteler les partis politiques, tout en proposant le rassemblement des organisations politiques et des citoyens, est encore trop faible, trop peu entendue, trop peu ambitieuse, trop peu unie. C’est pourquoi le PCF66, avec d’autres, travaille à ce rassemblement comme cela a été le cas le 9 décembre à Alénya, au cours du forum des alternatives. Comme cela sera le cas durant toute la période de préparation du congrès du PCF qui se tiendra en novembre 2018.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64