Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Le travail c’est la santé ?

Le travail serait source d’émancipation, marqueur d’identité, de reconnaissance, de construction sociale. Qui donc peut le nier ? Pour autant de cette assignation  beaucoup aujourd’hui se sentent dans l’impasse, en marge. Le travail est-il nécessairement constitutif à notre existence ?  En voilà une de drôle de question ? Oui pour une grande majorité, quand il s’agit de le mettre en perspective, dans les conditions de cette société. Non pour une majorité quand il s’agit de questionner son moi profond, les souffrances vécues,  qu’elles soient physiques ou morales, ses attentes et aussi ses rêves.

Dans cette schizophrénie, les mêmes débats parcourent les esprits depuis que le travail existe ! Pour aller mieux ou pour prolonger plus loin son malaise. On débat sur le partage des richesses créées, sur le pouvoir d’achat, sur la hiérarchisation des salaires, sur la relation et les rapports de force entre travail et capital, et bien d’autres encore… Les mobilisations !

Mais le mouvement social n’a plus la teneur, ni la portée des années de plomb et les batailles perdues ont fini par avoir raison, pour un temps sans doute, d’un syndicalisme de société,  fléchissant sur des idées et propositions avant-gardistes, ouvrant aux  corporatismes et au réformisme.  En politique, plus à gauche qu’à droite c’est sûr… ces batailles perdues, ont eu des conséquences.  L’érosion de la gauche et de ses idées confrontées à l’exercice du pouvoir et à ses contradictions a fini par donner raison  et de la force au capitalisme et à ses recettes nauséabondes.  Compétitivité, délocalisation, exploitation, productivisme, management agressif, mondialisation des échanges, la valeur travail conditionne et contient le débat dans une assignation dont personne n’ose aujourd’hui sortir, même les plus progressistes au risque de remettre en cause leur approche  marxiste du travail et de la société fantasmée.

Le travail est-il obligatoire ? Est-il essentiel à la cohésion de l’humanité ?  Pouvons-nous apporter une réponse à cette question sans faire un travail de déconstruction des règles de la société dans laquelle nous l’accomplissons ?  Sécurité d’emploi et de formation, sécurité sociale professionnelle, revenu universel  et salaire à vie, il y a sans doute dans ces formulations l’idée d’une société moins influencée par les rapports de force entre capital et travail ou bien encore détachée du travail lui-même pour mieux le maitriser et l’influencer dans des perspectives moins agressives, plus en lien avec la planète, l’humain et ses défis,  moins enclin à la croissance, au PIB et à la promotion d’une société de consommation. De toutes les solutions il n’y en a-t-il une de bonne quand le travail reste une torture et critère d’inégalités ? Quand la mondialisation des échanges trace une ligne de partage infranchissable au péril des peuples des pays « pauvres » face à celui des « riches ». Certes, le flicage des chômeurs promis par Macron et les conditions de travail et d’exploitation des occidentaux ne sont pas à mettre au même niveau que les conditions dans lesquelles  nous laissons  exploiter les femmes et les hommes dans nos multinationales, dans les usines d'Asie du Sud-est  pour un Lévi’s ou une paire de chaussure à bas coût… mais ces conditions répondent toutes à une même logique, au même process d’aliénation, celui du travail obligatoire !

Philippe Galano

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64