Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

L’édito du TC par Philippe Galano. Profiteur !

La suppression de la taxe d’habitation si elle ne livre pas encore toutes ses contradictions et ses effets sur les plus modestes est, quoi qu’on en pense, une estocade à 18 milliards d’euros pour les communes et l’investissement public. Comble de l’ironie, les Sarkozistes y voient un sacrilège dans cette promesse de campagne du président mais sans doute éprouvent-ils une frustration à ne pas l’avoir supprimée quand ils en avaient l’occasion, eux qui avaient conceptualisé la fin de l’ISF au nom du chacun pour soi et pour le bien commun de tous. Eh bien Macron l’a fait aussi ! Pour les financiers désormais libérés de cette tyrannie qu’est l’ISF, c’est le jackpot !

La république des profiteurs n’a décidément honte de rien, car en attendant, cette mesure a donné lieu à des « marges arrières » allant jusqu’à plusieurs centaines de milliers d’euros par foyers fiscaux, payés rubis sur l’ongle par Bercy à nos concitoyens les plus aisés. Mais la fiscalité locale sera entièrement repensée, nous informe le gouvernement. Oui, certes mais la tendance penche pour les plus riches, sur cette planète. Selon le rapport de l’agence non gouvernementale OXFAM qui vient de tomber en ce début d’année, plus de 80% de la richesse mondiale créés en 2017 va au 1% les plus riches. Quant aux plus pauvres, au pied de cette pyramide, on retrouve les mêmes et parmi eux, les femmes. à faire aujourd’hui le tour des réformes fiscales et des paradis en tous genres, on peut légitimement s’interroger sur les dérives de notre société. Rattrapée par les critères de stabilité imposés par une Europe ultra libérale et soucieuse de donner satisfaction aux spéculateurs et financiers, il est peut-être temps de redonner une vie citoyenne à l’impôt quand bon nombre de nos concitoyens n’y voient plus qu’un moyen injuste dont on pourrait se passer.
 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64