Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Carte scolaire. « Un catastrophe »

La rentrée 2018 verra l’ouverture d’une quarantaine de classes, essentiellement sur Perpignan, et 22 fermetures.

Le comité technique d’hier aura duré moins longtemps que la semaine dernière. Ce mercredi 7 février, services de l’Éducation nationale et syndicats avaient bataillé pendant 9 heures sur les fermetures et ouvertures de classes pour la rentrée prochaine. Les représentants syndicaux avaient finalement voté contre le projet pour s’opposer aux nombreuses suppressions de classes envisagées dans les villages. D’où la tenue d’une nouvelle réunion ce vendredi. Hier, l’affaire a finalement été réglée en une matinée. Les syndicats ont une nouvelle fois voté contre la carte scolaire, mais leur avis n’étant que consultatif, le projet a tout de même pu être validé.

« Simulacre de comité »

« Ce comité était un simulacre », s’énerve la cosecrétaire du SNUipp66, Virginie Privat. « Ils se sont basés sur les mêmes chiffres que la semaine dernière, qui ne prennent en compte que les effectifs déclarés à la rentrée dernière et non les évolutions survenues en cours d’année. Cette carte scolaire est catastrophique. On n’avait plus vu ça depuis 20 ans ! » Même déception du côté du syndicat d’enseignants (SE) de l’Unsa. « Après 9 heures de débat la semaine dernière, on espérait que l’administration aurait pris le temps de reconsidérer sa position sur certains cas délicats », indique la Secrétaire départementale du SE, Nadia Faye. « On a tenté de faire valoir le fait qu’il n’était pas obligatoire de dédoubler les CE1 en Rep + (la mesure nécessite à elle seule la mobilisation d’une vingtaine de postes, NDLR) dès la rentrée prochaine. Dans certaines écoles du département, il est certain qu’il y aura des classes à 30 élèves l’an prochain. On nous demande la lune, mais on ne nous donne pas de navette spatiale… »

Les parents d’élèves sont tout aussi remontés. Malgré la brume qui nimbait les routes du département hier matin, ils étaient plus de 70 à être venus manifester leur colère devant l’inspection académique. « Ça va être la guerre », prévient François Berdaguer, le Président départemental de la Fédération des Conseils de parents d’élèves (FCPE).

« Nous comptons bien rester mobilisés. Nous disons oui au dédoublement de classes dans les écoles relevant de l’éducation prioritaire (Rep et Rep +), mais nous refusons les fermetures de classes qui mettent les autres écoles en péril. »

« Chacun est dans son rôle »

Malgré l’avalanche de critiques, le directeur académique, Michel Rouquette, reste droit dans ses bottes. « Nous avons eu une bonne dotation (37 postes supplémentaires pour 37 élèves de plus) qui nous permettait de dédoubler les CE1 en Rep + dès cette année, assure-t-il. Il y a cinq ans, nous avions un taux de 5,28 enseignants pour 100 élèves. L’an prochain, on sera à 5,50. La situation reste très confortable partout et notamment dans les zones rurales. Après, chacun est dans son rôle… » Michel Rouquette précise qu’il a gardé environ cinq postes sous la main pour ouvrir des classes à la rentrée dans les écoles où cela s’avérera nécessaire. « Certainement dans la périphérie de Perpignan, où il y a une forte pression démographique », prédit d’ores et déjà l’inspecteur.

Arnaud Andreu (L’indépendant du 17 février 2018

➤ En vidéos sur lindependant.fr

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64