Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Prades. Une ligne sous haute tension

L’association « Les usagers Train en Têt » mobilisée pour le maintien du Perpignan-Vernet.

La ligne SNCF Perpignan-Villefranche-Vernet-les-Bains est fermée jusqu’à nouvel ordre. Le rapport Spinetta propose de fermer les « petites lignes non-rentables ». Si les déclarations du Premier Ministre peuvent sembler rassurantes, il renvoie la question aux régions et se désengage des investissements et modernisations. Ce mardi 6 mars, près de 80 personnes remplissaient la salle Eyt en ayant répondu à l’invitation de l’Association des usagers train en Têt qui défend depuis juin 2002 la ligne SNCF Villefranche-Perpignan. Le débat s’est animé tout seul tant les participants,sont motivés pour s’exprimer. Des usagers qui avaient  besoin de dire leur inquiétude face à la fermeture de cette ligne depuis le 14 décembre, date du dramatique accident entre un train et un bus scolaire qui a endeuillé tout le département. Des usagers qui s’interrogent à juste titre sur le délai concernant la réouverture et sur le manque d’information. Des inquiétudes également pour les habitants du Conflent sur le risque de suppression de certaines petites lignes SNCF évoquée par le rapport Spinetta 2018. Sur ce point, interrogée par Enric Balaguer, Président de l’Association des usagers, le cabinet de Carole Delga, Présidente de la région Occitanie, a tenu des propos rassurants et a souligné que la Région n’a aucune intention de fermer cette ligne.

Une catastrophe

Après un bref retour sur les actions déjà menées, le débat est lancé avec le public : cheminots actifs ou retraités, particuliers, adhérents au Comité des usagers Train jaune, élus (rares), usagers, syndiqués mettent en avant l’intérêt à défendre bec et ongles la ligne de chemin de fer. L’un s’étonne que les élus ne se mobilisent pas davantage auprès de la SNCF pour que ce service public soit maintenu ; d’autres s’inquiètent du manque d’information au niveau de la gare de Perpignan qu’il faut interpeller, de même que les responsables de l’État : Premier Ministre, Ministre du Transport, Ministre de la Transition écologique. Un autre insiste sur la mobilisation qui doit se mettre en place pour la réouverture de la ligne mais aussi pour le Train jaune et la RN 116, véritables colonnes vertébrales de la vallée de la Têt. « Il faudrait que les élus se mobilisent dans la globalité de ces infrastructures ». « Manifestation, pétition, mobilisation, réunions publiques avec les élus, communiqués dans la presse, organisation de fêtes, maintien du service public, actions dures comme bloquer la RN 116 comme en 1995 pour faire bouger les responsables, etc », reviennent au fil des prises de parole orchestrées par Enric Balaguer, tous estiment que « fermer cette ligne serait une catastrophe économique pour le Conflent et qu’il faut impérativement l’implication et le soutien des élus ». Après deux heures d’échanges, il était programmé une prochaine réunion organisée en atelier spécifique pour chacune des actions à envisager.

Emile Claverie (L’Indépendant, le 11 mars 2018)

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64