Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

La gauche hors PS unie derrière les cheminots

Douze organisations de gauche, partis ou mouvements, rassemblés pour soutenir les cheminots et défendre le service public. A l’unité syndicale a répondu l’unité politique des progressistes.

« On n’est pas là pour se substituer aux organisations syndicales, on est là pour dire aux cheminots "vous n’êtes pas seuls face au gouvernement qui cherche à vous isoler en chauffant au maximum l’opinion publique contre vous" » : c’est Olivier Besancenot, porte-parole du NPA qui a lancé la conférence de presse des partis de gauche rassemblés pour participer à la manifestation d’aujourd’hui. De gauche mais hors PS, ce dernier ayant été tenu à l’écart, mais dont le nouveau Secrétaire Olivier Faure a cependant appelé les socialistes à défiler.

NPA, PCF, EELV, Génération(s), Parti de gauche, Insoumis... défileront donc aux côtés des cheminots, et « pour la bataille des services publics » précise Pierre Laurent, Secrétaire national du PCF qui se félicite de « l’unité d’engagement ». Le cortège pour la défense de la SNCF doit rejoindre celui des fonctionnaires. « Vous pouvez dire que c’est symbolique mais c’est intéressant car ces luttes sont unitaires, ce qui est un peu nouveau » a commenté de son côté Philippe Martinez, leader de la CGT qui prédit une « très forte mobilisation ».

« Macron a clairement dit qu’il voulait une société sans statut. Ce qui se passe, ce n’est pas le problème des cheminots, c’est le problème de tous les salariés » renchérit Gérard Filoche de la Gauche démocratique et sociale. « Nous devons en tant que partis arriver à montrer que cette bataille menée par les cheminots est une bataille d’intérêt général » renchérit Sarah Le Grain du Parti de gauche.

« C’est une évidence pour nous, il faut que cela le devienne pour tous nos concitoyens » acquiesce Ugo Bernalicis député insoumis. Et d’affirmer : « cette date en appelle d’autres et nous nous disons disponibles pour une date plus large, en week-end ». « Divisés nous sommes faibles, unis nous sommes forts » a conclu Pascal Cherki de Génération-s, rappelant « les effets néfastes de la division syndicale et politique au moment des ordon- nances Macron ».

La Marseillaise, le 22 mars 2018

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64