Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Transport. Distribution de tracts au cœur de la bataille du rail

Conduit par Nicolas Garcia, des militants communistes se sont déployés hier en gare de Perpignan pour sensibiliser l’opinion « sur l’impérieuse nécessité de mener une bataille du rail planétaire ». Le qualificatif n’est pas choisi au hasard par le Secrétaire départemental du PCF. « Le train est notre affaire à tous. Un enjeu essentiel en terme de transports en commun propres et peu coûteux. Il faut sortir de cette tartufferie monumentale qui consiste d’un côté à faire des Cop 22 ou 23 et de l’autre à vouloir réduire voire privatiser le seul moyen de déplacement non polluant qui existe au monde », prône Nicolas Garcia à l’initiative de la distribution de tracts  au public. Des flyers qui annoncent la couleur, l’engagement citoyen espéré.

« Mon train, moi j’y tiens », s’intitulent ainsi les affichettes qui réclament la modernisation et le développement du rail. « Nous ne nous battons pas pour le maintien du statut de cheminot. Notre combat concerne uniquement la SNCF qui doit durablement rester une entreprise nationale. Il en va de la santé et de la sécurité des gens », insiste le responsable communiste, désireux de proposer une expérimentation dans les Pyrénées-Orientales. Un projet pilote au cœur duquel le train servirait le transport scolaire, les navettes et autres destinations.

L'Indépendant, le 30 mars 2018

Mise au point du PCF 66

Un pronom relatif vous manque est tout est dépeuplé : mise au point sur un article paru dans l’Indépendant.

Un bon papier, situé en bonne place et belle photo, de l’initiative du PCF (fédération 66 et section de Perpignan) devant la gare que Dali situait au centre du monde. Il s’agissait de lancer la « bataille du rail -Mon train j’y tiens- SNCF 100% public ! ». La journaliste, qui rend compte de l’initiative de très bonne manière, cite Nicolas Garcia : « Nous ne nous battons pas pour le maintien du statut de cheminot. Notre combat concerne uniquement la SNCF qui doit durablement rester une entreprise nationale. Il en va de la santé et de la sécurité des gens ». Le seul petit problème il manque un pronom relatif que et donc la phrase qu’il faut lire est : « Nous ne battons pas que pour le maintient du statut des cheminots… ».

Connaissant Nicolas Garcia, qui peut douter une seconde du fait qu'il défende tout autant, et ce n’est pas d’aujourd’hui, le statut des cheminots que celui de la SNCF comme entreprise nationale publique à 100%. Et ajoutant qu'il partage ce que dit Philippe Martinez, Secrétaire général de la CGT, « si tout le monde avait le statut des cheminots cela réglerait tous les problèmes ».

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64