Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 

 
 

Gare SNCF
Cerbère

Vendredi 6 avril à partir de 10h

Un CHS/CT Extraordinaire relatif au projet de fermeture du site de maintenance de Cerbère aura lieu le jeudi 5 avril suivi d’entretiens exploratoires pour le reclassement des 12 agents.

La SNCF veut mettre fin à l’exploitation du matériel CORAIL pour l’activité TER.

Cette charge représente plus de 90% de l’activité maintenance du site.

Déjà en 2009, la SNCF voulait fermer le site de Cerbère, mais grâce à l’action de la population, des élus et des cheminots, nous avons pu maintenir l’entretien et prouver la pertinence de faire rouler ces voitures CORAIL sur notre région. Ce matériel est plus adapté ; pour de longs trajets, plus confortable, plus spacieux et une capacité plus importante que les AGC.

Afin de justifier cette fermeture, la direction évoque la vétusté des voitures CORAIL et va proposer aux ateliers de Béziers la destruction de plus de 100 voitures, qui pour certaines sont en excellent état et d’autres ont été rénovées à coup de millions d’euros. C’est le chantage à l’emploi, on garde les ateliers de Béziers pour découper ces Corail mais on ferme l’entretien de Cerbère. Quel gâchis humain et financier.

Un des arguments avancés par la SNCF est, également, de dire que ces rames ne sont pas réversibles et qu’elles ne seraient plus adaptées sur notre région. De qui se moque-t-on ? Pourquoi ne pas équiper ces rames de « voitures pilotes CORAIL » tel qu’il en circule sur d’autres régions (exemple : axe Lyon-Marseille).

Les ateliers de Béziers pourraient en fabriquer et les entretenir. Voilà une des solutions qui éviterait ce gâchis financier, préserverait l’emploi à Cerbère et Béziers et permettrait de répondre aux besoins de transport régional du quotidien.

Les cheminots de Béziers seraient compétents pour effectuer de grosses interventions sur les Corail (GVM, modifications, rénovation). C’est plus son rôle que de découper des voitures Corail.

La nouvelle convention TER (Région Occitanie-SNCF) prévoit en fin d’année des relations Perpignan Toulouse.

Pour la CGT, ces trains devraient partir de Port-Bou Cerbère afin de maintenir les relations franco-espagnoles par la ligne classique et ne pas obliger les populations à n’utiliser que le TGV pour se rendre en Espagne. Il serait plus pertinent de mettre à disposition des usagers ces rames Corail sur ces axes, Port-Bou-Cerbère-Toulouse ; Port-Bou-Cerbère-Avignon ; Port-Bou-Cerbère-Marseille.

La fermeture de l’entretien aura un impact sur l’avenir de tout le site de Cerbère et des relations franco-espagnoles en TER.

Les intentions de la SNCF sont à terme de délaisser cette ligne au profit de la route. Les usagers se rendant en Espagne en TER n’auront que la solution du tout TGV.

Nous devons développer le train de nuit, qu’il soit entretenu par les cheminots de Cerbère et nettoyé par l’entreprise de Cerbère au lieu qu’il parte à vide le samedi sur Toulouse pour revenir le dimanche à Cerbère. Ce serait une autre proposition qui permettrait de maintenir une activité « matériel » sur le site de Cerbère.

La SNCF doit retirer son projet de fermeture, la CGT a des propositions pour éviter ce scandale financier et ces suppressions de postes cheminots. L’entreprise de nettoyage est également impactée avec la suppression d’une dizaine d’emplois.

L’avenir du site n’est pas l’affaire que des cheminots, comme en 2009, nous devons élever le rapport de force avec la population, les usagers, les élus et les cheminots et exiger le maintien de l’entretien du matériel et des CORAIL sur le site de Cerbère.

Le syndicat CGT des cheminots de Cerbère appelle la population, les usagers, les élus et les cheminots à soutenir les agents de l’entretien pour exiger le maintien du centre de maintenance matériel Corail TER le vendredi 6 avril à 10h à la gare de Cerbère.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64