Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Err. Inquiétude au GCS pôle sanitaire de Cerdagne

Les 15 lits « médecine » accueillant les personnes âgées remis en question.

Le nouveau Plan régional de santé 2018, soumis à consultation jusqu’au 20 mai, cible la fermeture d’un site d’hospitalisation complète de médecine dans le département. Potentiellement, c’est le site de médecine du Groupement de coopération sanitaire (GCS) pôle sanitaire de Cerdagne et ses 15 lits accueillant les personnes âgées pour une moyenne de 8 jours qui est visé. Trop, c’est trop et inacceptable pour Rose de Montella, présidente de ce groupement. Mais au-delà de cette fermeture, « ce problème dépend entièrement du projet transfrontalier. Il est temps d’ailleurs de faire le point sur ce qui marche, ce qu’il faut améliorer ou ce qu’il faut carrément arrêter. Le moment est venu de se mettre autour d’une table, toutes les parties, des usagers jusqu’aux grands décideurs pour que l’on aboutisse vraiment à un dossier transfrontalier. » Pour le moment, le « transfrontalier » s’est limité à la radiologie, l’accueil des urgences à l’hôpital de Cerdagne et quelques interventions. « Et ça s’arrête là. Or, le transfrontalier, c’est tout sauf ça, c’était un accord entre deux pays et l’Europe. C’est un dossier qui relève des ministères et de l’Europe. Ce serait dommage que l’on passe à côté d’une opportunité qui nous a été donnée », rajoute la présidente.

Filière gériatrique et pôle en péril

« C’est dans le prochain Plan régional de santé 2 (2018- 2023) soumis à consultation que nous nous sommes aperçus qu’une suppression de site médecine est préconisée dans le département. En même temps, on entend que dans le projet d’établissement de l’hôpital de Cerdagne, en cours de rédaction, il est prévu la suppression de l’activité de médecine ici ! », s’insurge Rose de Montella. « Là où le problème se pose, c’est que dans le projet transfrontalier signé par les deux États, toute la filière gériatrique doit se trouver à Err (Projet transfrontalier, annexe 3). Dans la réglementation de la santé, la filière gériatrique est constituée d’un court, moyen et long séjour. Si on ampute ce service, c’est toute la filière gériatrique qui est touchée car elle est composée de petits services. Si on supprime l’un d’eux, c’est tout le GSC pôle sanitaire de Cerdagne qui est mis en péril. »

Tout un territoire inquiet

Autre élément très contrariant, la méthode employée pour faire passer en douce cette suppression. « Dans le projet de territoire présenté à Perpignan à la commission permanente, rien ne changeait. La commission a donc approuvé ce qu’on lui proposait. La Fédération des établissements hospitaliers et d’aide à la personne privés non lucratifs (Fehap) a envoyé le compte-rendu de réunion à tous les établissements pour observations. La direction du GCS pôle sanitaire cerdan l’a reçu, il n’y avait pas d’observation particulière. Et quand la nouvelle mouture est revenue, la suppression d’un site avait été rajoutée ! Cela nous a beaucoup contrariés ». La délégation unique du personnel du GCS pôle sanitaire cerdan a immédiatement adressé une lettre de contestation signée par 70 personnel. De même, une motion de l’assemblée générale du GCS pôle sanitaire cerdan a été votée contre la suppression de l’activité médecine. Locale- ment, Georges Armengol, président de l’intercommunalité Pyrénées-Cerdagne a interpellé publiquement le Préfet en visite en Cerdagne, sur cette possible fermeture. Dans la semaine, une motion a été votée à l’unanimité par le conseil communautaire pour la défense de la santé sur le territoire et le maintien notamment des 15 lits au GCS pôle sanitaire cerdan à Err.

Frédérique Berlic (L’indépendant, le 14 avril 2018)

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64