Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Catalogne. Les indépendantistes dénoncent un « procès politique »

Oriol Junqueras, Jordi Cuixart et Jordi Sanchez furent les trois premiers à oser défier le juge instructeur du Tribunal suprême Pablo Llarena, lundi. Hier deux autres ex-Ministres du gouvernement de la Generalitat destitué, Raül Romeva et Josep Rull ont eux aussi entrepris de se défendre des graves accusations que le magistrat porte contre eux. L’ex « Conseller » des affaires extérieures Raül Romeva énumérait hier matin, « toutes les violations des droits fondamentaux » qu’il a subies, concluant que le procès contre les leaders indépendantistes « est bel et bien politique ». Selon son avocat Andreu Van den Eynden, Raül Romeva a reproché au juge d’entraver l’exercice de sa défense devant la justice, et de le « poursuivre pour ses idées politiques ». Il a par ailleurs assuré que quand il était à la tête des Affaires extérieures du gouvernement catalan, il n’a jamais usurpé aucune des attributions propres à l’État central.

Quant à Josep Rull, ex-Ministre du territoire au gouvernement de Puigdemont, il a été encore plus loin, quand il a mis en question « l’impartialité » du procès, laissant entendre que ses juges sont à la botte du Ministre de la justice Rafael Catalá, lequel -a rappelé l’inculpé- a dévoilé les détails d’une réunion entre les procureurs espagnols et allemands à propos du mandat d’arrêt européen contre le Président de la Generalitat destitué. Rull n’a pas hésité -toujours selon la version de son avocat Jordi Pina- à lancer au juge qu’il « espère que le procès est basé sur la justice et qu’il n’est pas aux ordres du Gouvernement ».

Ce mercredi, le magistrat entendra les deux derniers ex-membres du gouvernement catalan mis en cause, Jordi Turull et Dolors Bassa, ainsi que l’ex-Présidente du Parlement Carme Forcadell.

Plainte à Genève

Le Président du Parlement, Roger Torrent se rend à Genève aujourd’hui et demain, où il a décidé de porter devant les instances de l’ONU une plainte pour « violation des droits fondamentaux » envers des Députés en prison ou en exil. Il s’agit essentiellement des candidats successifs qu’il a présentés à l’investiture de la présidence de la Generalitat, Carles Puigdemont, Jordi Sanchez et Jordi Turull.

Joana Viusà (L’Indépendant, le 18 avril 2018)

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64