Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

L’édito du TC par Nicole Gaspon. Un axe Paris Washington ?

Emmanuel Macron et Donald Trump sont-ils les meilleurs amis du monde ? C’est en tout cas l’image que les deux entendent donner avec la réception du président français, le premier chef d’État à avoir droit à cet honneur. Hautement symbolique lors de ce séjour, le dîner dans la demeure de George Washington à qui l’esclavage ne posait aucun problème.

Toujours côté symboles, Emmanuel Macron a offert à son hôte un chêne, histoire de lui rappeler que l’environnement, c’est important. Car notre président se pique de faire changer le milliardaire US. On peut douter du succès de cette entreprise, car visiblement Trump se soucie comme d’une guigne des préconisations de son copain, d’autant qu’avec les récentes frappes en Syrie il a pu constater qu’il peut compter sur lui. Comme il se prépare à remettre en cause l’accord sur le nucléaire iranien. D’ailleurs Emmanuel Macron n’a pas l’air de se sentir mal au sein de l’OTAN. Du coup, la visite macronienne prend plutôt des allures de caution à la politique du président américain. Une politique dont les contours ne font pas rêver: aggravation des inégalités dans un pays qui compte des millions de pauvres, mise en cause d’une couverture médicale déjà insuffisante, aveuglement sur la vente libre des armes, violences policières, nationalisme exacerbé, racisme et stigmatisation des étrangers.

Des mauvais esprits verraient quelque parenté entre les options des deux hommes. C’est bien en France que les salariés, les retraités... sont visés par des reculs sans précédent. Que le gouvernement propose une loi « Asile, immigration » aux forts relents xénophobes et anti-migrants. C’est en France que ceux qui aident les migrants sont traînés en justice quand des « identitaires » qui veulent fermer les frontières agissent en toute tranquillité. On pourrait voir également des similitudes entre les deux dirigeants pour qui gouverner équivaut à diriger une entreprise, et leur admiration pour les « premiers de cordée », c’est-à-dire les riches.

Il ne faut donc rien attendre de bon en France de cette visite outre-Atlantique, et sans doute pas un président défendant auprès de son hôte des positions justes sur des valeurs progressistes.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64