Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Manque de moyens, réformes. Le mal-être des enseignants

Les syndicats tirent la sonnette d’alarme.

Le chiffre parle de lui-même. Ce printemps, environ un tiers des instituteurs du département ont demandé à changer de poste. Selon la co-secrétaire départementale du syndicat d’enseignants du premier degré SNUipp, Virginie Privat, qui dévoile cette donnée éloquente, celle-ci illustre bien « le mal-être de la profession ». Selon les syndicats, le malaise ne se cantonne pas au premier degré. Il touche l’ensemble du corps enseignant, de la maternelle à l’université. C’est pourquoi la FSU, la CGT et Sud-Solidaires ont organisé hier un rassemblement devant l’inspection académique de Perpignan pour crever l’abcès. Notamment au sujet de la réforme du lycée annoncée pour la rentrée 2019, qui suscitent de nombreuses inquiétudes. « C’est une désorganisation totale », s’énerve Marc Moliner, du Snes-FSU. « Avec la disparition des séries générales, un élève pourra avoir un bac teinté scientifique sans faire de maths ! Cette réforme va créer une concurrence entre les établissements et les matières. Tout ça pour faire des économies, alors que six lycées du département sur dix ont déjà perdu des heures cette année ! »

Le grand chambardement

La refonte du bac, qui pourrait inclure à l’avenir une bonne dose de contrôle continu, est tout aussi contestée. « Est-ce qu’un 18 obtenu dans un établissement vaudra ne serait-ce qu’un 15 obtenu dans un autre ? », s’interroge Marc Moliner. La mise en place d’une « sélection » à l’entrée de l’université fait également ruer les syndicats dans les brancards. « Les élèves issus des voies professionnelles n’auront plus accès à l’université », fustige le secrétaire départemental de la CGT Educ’action, Nicolas Ribo. « Il y aura un tri social ! » Autant dire qu’avec cette avalanche de réformes controversées, les syndicats d’enseignants risquent d’avoir du pain sur la planche dans les prochains mois.

Arnaud Andreu (L’Indépendant, le 4 mai 2018)

Menace sur les centres d’information et d’orientation

Hier, devant l’inspection académique, où les représentants des syndicats ont été reçus en fin d’après-midi, des responsables de centres d’information et d’orientation (CIO) étaient également au rendez-vous. « Un projet de loi présenté fin avril prévoit de transférer la compétence en matière d’orientation aux régions et de fermer tous les CIO de France, s’insurge la directrice du CIO de Prades, Hélène Sauvage. Les régions pourront délivrer de l’information dans les établissements scolaires. Mais dans les CIO, nous recevons aussi des jeunes déscolarisés ou des mineurs étrangers. » Les Pyrénées-Orientales recensent quatre CIO (un à Prades, un à Céret et deux à Perpignan), au sein desquels travaillent une quarantaine de personnes.

L’Indépendant, le 4 mai 2018

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64