Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Catalogne. Puigdemont reste libre en Allemagne

On reprend les mêmes… Comme il y a un mois, la cour régionale du Schleswig-Holstein a rejeté la demande d’incarcération de Carles Puigdemont. Un nouveau camouflet pour la justice espagnole qui, dans l’attente d’une décision dans les jours ou semaines à venir sur l’éventuelle remise à l’Espagne du président catalan déchu, se voit encore débouté de sa demande.

La justice allemande partagée

Madrid, qui a émis un mandat d’arrêt européen et veut le juger pour rébellion et détournement de fond, devra donc attendre. Le parquet allemand, sur la base d’informations supplémentaires et notamment des vidéos montrant « des actes de violences contre la police espagnole » a pourtant estimé que les réponses apportées par l’Espagne pour justifier ces poursuites étaient convaincantes. A ses yeux, cela accroît le risque de fuite de Carles Puigdemont, arrêté fin mars en Allemagne alors qu’il cherchait à rejoindre sa terre d’exil belge.

Un avis que ne partage pas le tribunal compétent qui a rétorqué qu’il « n’a pas constaté de risque croissant de fuite », soulignant que l’ex-président catalan se pliait aux conditions de son contrôle judiciaire. Le parquet a ajouté mardi qu’il allait sous peu formellement demander au tribunal, seul compétent, d’autoriser le renvoi en Espagne de l’ex-président catalan.

L’Indépendant, le 23 mai 2018

Art. 155 : la rue remobilisée

La décision de Mariano Rajoy de maintenir sous tutelle du gouvernement central la Catalogne en réponse à l’entêtement du nouveau président de la Generalitat Quim Torra de vouloir rétablir dans leurs fonctions deux anciens ministres incarcérés, a provoqué l’ire des indépendantistes. À Girona, berceau du catalanisme, des milliers de manifestants se sont mobilisés dès lundi pour réclamer, à nouveau, la libération des « prisonniers politiques ».

Mais les CDR (ces Comités de défense de la République catalane qui ont vu le jour un peu partout en Catalogne et se sont renforcés aux lendemains de la répression qui a suivi le référendum illégal) vont plus loin. Dans un communiqué officiel diffusé sur Twitter, ils appellent à la « mobilisation permanente pour rendre effective la République catalane ». Une menace à peine voilée de grève générale. Mais des actions plus ciblées ne sont pas à exclure. Ainsi, ils exhortent les militants à « déborder un État espagnol » qualifié de « répressif et démophobique ». Pour eux, le maintien du fameux article 155 qui prive la région de son autonomie « renforce le coup d’État démarré voilà près de sept mois ». Les sécessionnistes, convaincus que l’indépendance « ne pourra pas devenir une réalité avec des dirigeants politiques indépendantistes qui appliquent et respectent la légalité espagnole ». Un discours résolument offensif pour ceux qui demandent que soient reconnus les résultats du référendum du 1er octobre.

Jean-Michel Salvador (L’Indépendant, le 23 mai 2018)

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64