Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Les anti-macron dans la rue pour une « marée populaire »

Plus de 200.000 participants ont battu le pavé.

Des dizaines de milliers de personnes ont défilé hier dans toute la France à l’appel inédit d’une soixantaine d’organisations pour une « marée populaire » contre la politique d’Emmanuel Macron, mobilisation jugée « assez mince » par le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb. Cette « super fête à Macron », selon la formule de Jean-Luc Mélenchon, a rassemblé 31.700 personnes à Paris selon le cabinet Occurrence pour un collectif de médias, dont le groupe Dépêche du Midi. Chiffre supérieur à celui de la manifestation du 22 mai à l’appel de neuf syndicats de fonctionnaires (16.400 selon Occurrence) mais inférieur à la « fête à Macron » à l’appel du député Insoumis François Ruffin (38.900). Dans les 190 rassemblements, les organisateurs ont compté 250.000 participants, dont 80.000 à Paris, tandis que la préfecture de police en a dénombré 21.000 à Paris. Vantant un rassemblement « historique », le collectif de partis (LFI, PCF, EELV, Générations et NPA), associations (Attac, Amis de la terre, Mouvement de la paix), syndicats (CGT, Solidaires, Sud PTT ou Unef) a salué « une très large participation citoyenne » et promis de « continuer, plus déterminés que jamais ».

« Jupiter » invité à « redescendre sur Terre »

À Paris, la diversité des causes défendues par les manifestants qui ont défilé de la gare de l’Est à Bastille -hospitaliers, retraités, chercheurs, salariés d’Air France ou d’Aéroports de Paris- s’illustrait par la variété des slogans. « Macron, méprisant de la République », brocardait une pancarte du PCF représentant Emmanuel Macron en monarque. « Mai 1968, mai 2018 : 50 fois plus de raisons de se révolter », affichaient des autocollants de Lutte ouvrière.

« Jupiter, on va te faire redescendre sur terre », « Macron usurpateur des voix du peuple de gauche », pouvait-on lire sur des pancartes à Nantes.

Dans la capitale, la police a annoncé 39 interpellations, dont 26 gardes à vue. Des incidents ont brièvement éclaté entre des individus cagoulés et la police près de la Bastille, a constaté un journaliste sur place.

« Peuple populaire »

Face au gouvernement, « formez ce front populaire dont le peuple a besoin », a exhorté Jean-Luc Mélenchon sur le Vieux-Port à Marseille. « Ne comptez que sur vous, il n’y aura pas de sauveur suprême », a lancé le chef de file des Insoumis et député des Bouches-du-Rhône. « Il faut que la tête dure de Monsieur Emmanuel Macron entende ce message du peuple populaire, comme on dit ».

Dans une ambiance bon enfant, entre 5.000 et 8.000 personnes, selon la police ou les organisateurs, ont défilé à Toulouse autour d’une pieuvre géante à l’effigie d’Emmanuel Macron, brandissant une étiquette de « fainéant », « cynique », « cheminot », « artiste », « précaire », « soignant » ou « retraité ».

Les cortèges ont rassemblé 1.900 à Grenoble, 2.500 à Montpellier, 1.500 à Strasbourg ou 1.200 à Lyon, selon la police.

L'Indépendant, le 27 mai 2018

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64