Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Perpignan. Grogne et menace de grève à la clinique Saint-Pierre

250 salariés signent une pétition pour dénoncer leurs conditions de travail et leurs salaires.

Discrètement mais sûrement, la grogne monte à la clinique Saint-Pierre de Perpignan où deux cent cinquante salariés, soit plus de la moitié du personnel, viennent de signer une pétition pour dénoncer la dégradation de leurs conditions de travail.

Une situation, à entendre les protestataires, qui dégénère depuis plusieurs mois déjà et a atteint son paroxysme début mai avec le versement de la prime de participation « en régression cette année de 90% », accusent les signataires. Elle est, selon eux, passée de 600 euros en moyenne par personne à un montant de l’ordre de 60 à 90 euros.

Une prime à la baisse de 90%

« Cet effondrement est inadmissible et incompréhensible alors que nous nous investissons toujours plus pour la bonne santé financière de la clinique qui, elle, ne cesse de prospérer », affirment-ils, rappelant les classements, régional et national, de l’établissement. Il caracole au  2e rang du Languedoc-Roussillon, au 5e de l’Occitanie et à la 24e place du palmarès des meilleurs centres de soins privés de France.

« Nous étions conscients d’être lésés au niveau des salaires mais c’était jusqu’alors compensé par une ambiance familiale, une souplesse des plannings et des primes d’intéressement conséquentes. Aujourd’hui, ces points positifs n’existent plus, leur disparition nous inquiète pour notre avenir », plaident les contestataires qui ont décidé de se regrouper et de partager leurs craintes avec la CGT.

Ultimatum

S’en sont suivis une réunion préparatoire, une A.G., puis un courrier adressé à la direction, sous forme d’ultimatum. À défaut d’obtenir gain de cause, autrement dit une revalorisation des primes « à hauteur des bénéfices réalisés par le groupe, une augmentation des salaires, une modification de la pose des congés payés et une prise en compte réelle de nos heures de travail effectif », le personnel mécontent menace d’entamer une grève à durée indéterminée.

Le syndicat et les porte-parole du mouvement ont d’ailleurs prévu de s’en entretenir ce jeudi avec la hiérarchie qui s’affiche surprise. « Aucune demande de rendez-vous n’a été encore posée », s’étonne la direction, hier, en l’absence de Pascal Delubac, le directeur de la clinique, indisponible pour la journée.

Corine Sabouraud (L’Indépendant, le 29 mai 2018)

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64