Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Perpignan. Malaise social à la clinique Saint-Pierre

Forte mobilisation au soutien des salariés.

La colère des salariés, rassemblés hier devant les portes de la clinique Saint-Pierre de Perpignan s’est avérée contagieuse. Derrière les banderoles de la contestation, une centaine de manifestants, essentiellement des soignants de l’établissement ont en ef- fet été rejoints en début d’après-midi par des personnels de Notre-Dame d’Espérance et de la clinique du Val- lespir de Céret.

Notre-Dame d’Espérance, Céret et la CGT

Soutenus par la CGT venue avec drapeaux et sono, les protestataires partagent un mal-être lié à leurs conditions de travail. Unanimes à dénoncer « des dotations en matériel et équipement insuffisantes, un manque d’effectifs et d’organisation des plannings, des heures supplémentaires non payées si elles ne sont pas réclamées… ». La liste des revendications est longue -elle a débouché sur une pétition signée par 250 soutiens-, le ras-le-bol est profond. D’autant que depuis quelques jours, une tout autre pilule a du mal à passer. C’est la diminution des primes de participation et d’investissement, l’élément déclencheur de l’action. « En deux ans, on est passé de 600 à 300 euros et cette année à 77 euros, l’équivalent de trois pourboires. En remplacement de ces primes, on veut donc un treizième mois », exige Denis, un des porte-parole de la mobilisation.

« Une confusion de primes »

Pascal Delubac, le directeur de la clinique se dit stupéfait. « Ce n’est pas nous qui avons la maîtrise de la prime de participation, c’est l’État. Quant à la prime d’investissement, reversée sur les bénéfices, elle chiffre à 900 euros, mais ils n’en parlent pas. Ils font la confusion », pense- t-il, après avoir reçu une délégation des salariés. Pour leur rappeler que des négociations étaient déjà ouvertes avec les élus du personnel et les organisations syndicales « avec qui j’ai signé un accord salarial pour 2018, révisable dès la rentrée ».

Une nouvelle rencontre est prévue le 5 juin prochain.

Corine Sabouraud (L’Indépendant, le 1er juin 2018)

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64