Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

L’édito du TC par Jacques Pumaréda. Rêve d’Europe

«  Ne sacrifier
ni le rêve à l’action,
ni l’action au rêve » (*)

Un sans-papiers devenu héros en France, une Italie qui s’enfonce dans la boue, une Irlande qui s’éveille, voilà donc une Europe qui donne le tournis.

Saluons l’acte courageux de Mamadou Gassama qui a sauvé un enfant de quatre ans en escaladant la façade de l’immeuble où celui-ci était suspendu. Dénonçons l’hypocrisie d’un président qui, en même temps, qu’il le glorifie, poursuit les immigrés et les sans-papiers avec une rare violence. Une évacuation musclée à Perpignan il y a quelques jours en est un triste exemple. Drôle de pays où un migrant qui sauve un enfant est honoré et celui qui sauve un migrant est condamné, comme les trois de Briançon à Gap ou Cedric Herrou dans la vallée de la Roya.

A Rome, un président de la République nomme au titre de chef de gouvernement, Carlo Cottarelli, un technocrate avocat d’affaires, surnommé « monsieur ciseaux », adepte de l’austérité. Celui-ci a sévi au FMI où il était chargé de suivre son pays et la Grèce soumise à la punition à titre d’exemple pour le reste du continent. En Italie si vous votez contre l’austérité on vous offre un chef de gouvernement supra-austérité. Ce coup de force ne peut que renforcer les porteurs de peste brune un peu partout.

Un vent d’air pur souffle depuis peu de la République d’Irlande où vient de s’écrire une page historique pour le droit des femmes. Le oui au référendum a recueilli les deux tiers des voix, ce qui va permettre aux femmes d’accéder à l’IVG. La société irlandaise, vue comme profondément réactionnaire et ultracatholique a changé dans un sens progressiste. Bravo !Au tour de l’Irlande du Nord maintenant !

A un an des élections européennes, le glissement à droite de pans entiers de nos sociétés, jusqu’à l’extrême aiguise bien des appétits. L’affaiblissement du camps progressiste, foncièrement de gauche, dû aux concessions des socio-démocrates convertis au libéralisme, réveille des monstres politiques où le populisme le dispute aux rêves de l’ordre le plus brutal et xénophobe qui soit. Rassembler toutes les forces progressistes dans tous les pays européens est une impérieuse nécessité pour ouvrir des chemins nouveaux car comme le disait Bossuet face au roi et à sa cour : « Cet ordre est injuste et ne peut durer toujours. Il faut que les choses changent. »

(*) René Crevel dans le clavecin de Diderot

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64