Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Boris Cyrulnik neuropsychologue. « La culture est essentielle à la pacification des quartiers »

Le 6 mai, avec d’autres intellectuels, Boris Cyrulnik s’était exprimé en faveur du rapport « Vivre Ensemble, vivre grand » présenté par l’ex-ministre de la Ville, Jean-Louis Borloo le 26 avril. Et Balayé par le président au profit de mesures pour les quartiers, « La France, une chance pour chacun » le 22 mai.

La Marseillaise. Votre intervention collective alertait sur « 10 millions de gens ignorés dans les quartiers populaires » que vous craigniez de voir « aspirés dans un recroquevillement identitaire ». Quelle arme contre cela ?

Boris Cyrulnik. Dans les favelas, quand il n’y avait pas de « plans » on envoyait la police et l’armée. Les jeunes étaient fiers d’aller à l’affrontement. C’est la logique de clan et le clan est promesse de guerre. Le président Lula avait radicalement changé la politique : au lieu d’envoyer police et armée, il a envoyé des réfrigérateurs et de la culture.

La Marseillaise. Parmi les mesures annoncées, pas de culture mais des grandes entreprises sont invitées à aller dans les quartiers.

Boris Cyrulnik. Avec la culture une nouvelle solidarité apparaît et une nouvelle fierté car ces gosses s’imprègnent de la culture dans laquelle ils baignent. On se fait la représentation de soi améliorée par la culture, elle pacifie. Avec l’armée on se fait une représentation de soi de bagarreur. Les entrepreneurs c’est bien, mais insuffisant.

La Marseillaise. Qu’est-ce qui a fait reculer Macron sur le plan banlieues ?

Boris Cyrulnik. Le prix lui a fait peur. Le président a préféré le bricolage plutôt qu’investir dans un plan ambitieux.

La Marseillaise, le 6 juin 2018

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64