Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

L’Espagne accepte d’accueillir le bateau de migrants naufragés

L’Aquarius transporte 629 personnes secourues près de la Libye.

L’Italie a crié victoire après l’accord de l’Espagne pour accueillir un navire chargé de 629 personnes secourues en Méditerranée, obtenant ainsi gain de cause dans sa lutte pour réduire les arrivées de migrants sur ses côtes.

« VICTOIRE », a lancé en majuscules sur Twitter le ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini, également patron de la Ligue (extrême droite), après deux jours de crise en plein milieu de la Méditerranée et un bras de fer entre l’Italie et Malte.

Le sort de ce navire affrété par l’ONG française SOS Méditerranée restait cependant incertain dans l’après-midi. Le navire, l’Aquarius, n’avait toujours pas fait savoir s’il comptait faire route vers l’Espagne, distante de quelque 1.300 km -soit au moins quatre jours-, dans l’attente d’un ordre du centre de coordination des secours de Rome.

Pénurie de vivres La proposition espagnole « est encourageante, cela montre qu’il y a des États sensibles à l’urgence humanitaire », a déclaré Sophie Beau, directrice générale de l’ONG SOS Méditerranée. Soulignant la distance importante à parcourir jusqu’à l’Espagne, Mme Beau a assuré que « demain on n’aura plus de nourriture sauf des biscuits énergétiques ». Il règne une chaleur torride dans les cales du navire, où se trouvent une partie des migrants, avait indiqué auparavant la journaliste Annelise Borges, qui se trouve à bord.

Le Premier ministre maltais, Joseph Muscat, qui a également remercié l’Espagne, a promis d’acheminer des vivres sur l’Aquarius distant de 55 km des côtes maltaises. M. Salvini, à la manœuvre depuis le début de cette crise en Méditerranée, la première depuis l’arrivée au pouvoir de la Ligue et du Mouvement cinq étoiles (M5S, antisystème), a prévenu les autres ONG qu’elles seraient traitées de la même manière. Autrement dit, « nous fermons les ports », comme le rappelle M. Salvini. « Nous avons ouvert un front en Europe », s’est-il félicité. « L’Italie n’est plus seule », a renchéri le chef de gouvernement italien, Giuseppe Conte, évoquant un « tournant important ». L’Italie, qui a vu quelque 700.000 migrants débarquer sur ses côtes depuis 2013, a régulièrement accusé, y compris lorsque le gouvernement était à majorité de centre gauche, les Européens d’avoir détourné la tête et de l’avoir laissée seule face à la crise migratoire.

La Commission européenne avait souhaité hier un « règlement rapide » de ce bras de fer en Méditerranée, tout comme un porte-parole du gouvernement allemand, qui en avait appelé au devoir « humanitaire » de toutes les parties.

L’indépendant, le 12 juin 2018

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64