Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

La clinique Saint-Pierre reste paralysée par la grève

Les propositions de la direction à nouveau rejetées.

Saint-Pierre n’a toujours pas trouvé les clés de la sortie de crise qui oppose une partie de ses salariés à la direction. Hier, après une réunion matinale de médiation organisée à l’inspection du travail, puis une nouvelle rencontre longuement tenue dans l’après-midi au sein même de l’établissement, les grévistes ont en effet décidé de camper sur leurs positions. « Ne rien lâcher tant qu’on n’obtiendra pas le treizième mois et une augmentation de la valeur du point d’indice », comme ils le revendiquent depuis maintenant huit jours.

Or, concernant la première demande, « le directeur nous propose une prime annuelle à hauteur de 1.000 € brut pour tout le monde. Non seulement le terme prime dérange les personnels en colère mais ils estiment également le montant trop faible. Ce n’est même pas l’équivalent d’un smic », proteste le collectif des Charlotte qui a ainsi refusé d’acter le moindre accord.

Nouvelle réunion ce matin à 8 heures

D’autant qu’à ces doléances salariales s’ajoute une demande tout aussi ferme qui porte sur l’amélioration des conditions matérielles de travail, jugées dégradées. « On sait que cette question ne se réglera pas en un jour mais on aimerait bien commencer à aborder le sujet », relèvent les contestataires, toutefois prêts à se satisfaire ici d’une promesse de concertation écrite. À condition, précisent-ils, que les pourparlers intègrent « des référents de toutes les catégories professionnelles ». Entre la délégation des salariés, les syndicats et le directeur Pascal Delubac, les négociations reprendront ce matin dès 8 heures

Corine Sabouraud (L’Indépendant, le 13 juin 2018)

Pique-nique solidaire à N.-Dame d’Espérance

Ils réclament « des sous et du personnel ». À l’appel de la CGT, une dizaine de salariés de la clinique Notre-Dame d’Espérance a organisé un pique-nique solidaire et revendicatif, hier, sur le parking de l’établissement de la route d’Elne.

Rejoints par les grévistes de Saint-Pierre, les manifestants, -des personnels en repos-, ont gentiment déjeuné à l’ombre des arbres pendant qu’une délégation était reçue par le directeur Julien Coulomb. « Elle a souhaité me faire part de ses revendications en termes de salaires et d’effectifs. Des demandes comme les deux syndicats représentés à Notre-Dame m’en déposent chaque année », confirme le dirigeant.

De son côté, Christelle Thillien, porte-parole de la CGT, ressort satisfaite de la rencontre. « On devrait entamer les négociations d’ici la fin de la semaine », annonce-t-elle aux salariés, visités par les élus du Parti communiste venus supporter le mouvement.

L’Indépendant, le 13 juin 2018

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64