Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Catalogne. Plainte contre le juge Llanera

Le président du Parlement de Catalogne, Roger Torrent, a saisi la justice hier. Au nom de la chambre des députés catalane, le mandataire dénonce que « des résolutions judiciaires injustes et arbitraires » prononcées contre les « droits légitimes de représentation » parlementaire des trois élus catalans incarcérés, Oriol Junqueras, Jordi Sánchez et Jordi Turull, (…), et ce, en dépit de l’immunité parlementaire dont ils bénéficiaient et qui devrait les protéger.

Roger Torrent accuse le juge du Tribunal suprême Pablo Llarena et trois autres magistrats qui instruisent l’affaire du référendum du 1er octobre 2017, des délits de prévarication, arrestation illégale, obstruction des droits fondamentaux de la personne et du fonctionnement normal du parlement. La décision de saisir la justice a été adoptée par le Bureau du Parlement en avril dernier.

Roger Torrent dénonce de surcroît, des « intromissions successives illégitimes du Tribunal suprême dans l’activité du Parlement de Catalogne ».

La plainte du Président du Parlement catalan s’appuie sur l’article 23 CE de la Convention des Droits de l’Homme (« droit au suffrage passif ») et sur l’article 25 du Pacte International relatif aux Droits Civils et Politiques.

Le soutien du juge qui a condamné le beau-frère du roi

Interrogé hier au journal télévisé de TV3, sur la situation des leaders politiques catalans, le juge majorquin José Castro qui a instruit l’affaire Iñaki Urdangarin, le beau-frère prévaricateur du Roi Felipe VI (*) a considéré « pour le moins excessif de maintenir ces personnes en prison préventive depuis si longtemps », admettant même que cela s’apparente à « une condamnation » prononcée avant le procès, lequel n’aura lieu qu’en automne prochain.

Google s’adresse au juge Llarena

En attendant, le ministre de l’intérieur du Gouvernement de Pedro Sánchez, Fernando Grande-Marlaska et le fameux juge Llarena, se refilent le bébé, pour savoir qui est habilité à autoriser le transfert des détenus dans une prison catalane en vue de les rapprocher de leurs familles. Est- ce le gouvernement ou le juge ?

Cerise sur gâteau du « dégel » mis en œuvre par Pedro Sánchez, Google s’est invité au débat : par une lettre postée de Mountain View (San Francisco) à l’adresse du magistrat Pablo Llarena, la compagnie technologique américaine demande au juge d’instruction s’il convient de maintenir encore le blocage des cinq serveurs des sites web officiels de la Generalitat de Catalogne, fermés sur ordre judiciaire quelques jours avant le référendum du 1er octobre.

Joana Viusà (L'Indépendant, le 16 juin 2018)

(*) L’ancien champion olympique de hand a été condamné en appel à plus de 5ans de prison pour détournements de fonds publics, fraude fiscale et trafic d’influence. L’ancien médaillé olympique de handball sera incarcéré lundi.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64