Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Allocations logement. Après la baisse, le gel

La loi de Finances 2018 prévoit la non-revalorisation des APL cette année. Nouveau coup dur pour les bénéficiaires.

Le gouvernement aurait volontiers passé l’information sous silence, mais c’était sans compter sur la Fondation Abbé Pierre qui l’a révélée : le montant des APL (Aides personnalisées au logement) sera gelé en 2018.

Jusque-là revalorisées en fonction de l’évolution moyenne des loyers calculée par l’Insee, ces aides ne seront pas augmentées cette année. Conséquence d’une disposition contenue dans la loi de Finances, votée à la fin de l’année dernière.

Selon la Fondation Abbé Pierre, le manque à gagner pour les bénéficiaires serait de l’ordre de 5 euros en moyenne.

Interpellé hier sur le sujet et sur le fait que le gouvernement a entériné la mesure en catimini, Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des Territoires, s’est montré agacé, arguant que « toutes les décisions ont été votées en toute transparence ».

Il n’en demeure pas moins que l’Exécutif n’a pas fait une grande promotion de cet arbitrage. Et pour cause : il intervient quelques mois seulement après la baisse de ces mêmes APL qui avait provoqué une vive polémique.

« Acharnement »

Hier à l’Assemblée nationale, le député communiste Sébastien Jumel n’a pas mâché ses mots : « Ils ont dit que c’était une connerie, et ils la réitèrent : c’est un scandale d’État. » Faisant ainsi référence au propos du Premier ministre Édouard Philippe, qui avait imputé cette réduction au précédent gouvernement et l’avait qualifiée de « coup de rabot (…) pas intelligent ».

« Décidément, ce gouvernement fait preuve d’un acharnement sans précédent contre les plus pauvres », dénonce de son côté Ian Brossat, responsable de la commission Logement au PCF, et chef de file des communistes pour les Européennes. « Macron fait porter l’effort sur les 6,5 millions de familles qui touchent les aides au logement, dont plus de la moitié ont des ressources inférieures au seuil de pauvreté et 80% ont des ressources inférieures à un Smic », souligne-t-il.

La Marseillaise, le 20 juin 2018

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64