Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

L’appel des communistes à unir les forces de gauche pour les municipales de 2020

 

L’idéal serait d’avoir une liste unique à gauche, ambitionne Françoise Fiter. Le danger est réel de voir le Front National s’emparer de Perpignan et de la communauté urbaine. Je ne m’y résous pas ! », lance l’élue du canton Perpignan III. Entourée des fidèles du parti communiste catalan (du plus jeune David Arabia au plus ancien Nicolas Garcia en passant par Nicole Gaspon), François Fiter a lancé hier un appel à « l’important potentiel de forces de progrès de Perpignan ». Moins d’une semaine après le lancement d’un collectif de gauche baptisé Nou-s pour un projet participatif pour Perpignan 2020, les communistes dégainent à leur tour l’argument collaboratif. « À Perpignan, le combat sera difficile, nous avons des analyses communes et des objectifs communs, poursuit l’élue départementale. Tout le monde a un rôle à jouer, nous devons parler avec les gens, mais ensemble. » Entendez y compris, « avec » les partis. Car de son point de vue, tenter sa chance hors partis revient à « jouer petits bras ». « Un parti, c’est aussi des citoyens, encartés ou non, c’est donc une capacité de réflexion, d’action et de rassemblement », argue-t-elle.

Assises par quartier

Fini les accords de sommets, place à l’écoute et la co-construction que l’élue reproche à la mairie en place de ne pas avoir su mettre en œuvre, notamment dans la réhabilitation des quartiers anciens. « Les événements récents nous ont instruits », avoue Françoise Fiter, « nous souhaitons avancer en lien profond avec les habitants. » Elle invite donc les citoyens de sa sensibilité à participer à un grand débat public sur Perpignan et la meilleure façon d’aborder l’échéance 2020. « Pourquoi ne pas imaginer des assises, quartier par quartier », avance son équipe, qui souhaite rassembler les idées, les orientations et propositions le plus large possible. Sur la table, ils avancent leurs suggestions : gratuité des transports, ouvertures de maisons médicales. « J’entends dire que la gauche à Perpignan est atone. Certes, le fait de ne pas avoir d’élu au conseil municipal pèse lourd, mais elle est impliquée dans toutes les mobilisations. Pourquoi en serait-il autrement pour les municipales ? »

Si le parti communiste apparaît en rang serré derrière sa favorite, Françoise Fiter dit ne vouloir ni se cacher, ni s’imposer : « Je suis disponible, mais personne n’est légitime pour revendiquer une tête de liste à gauche sur Perpignan pour l’instant. Le PS aujourd’hui, je ne sais pas où il en est, les choses ont évolué. Mais chacun devra se positionner ». Au PCF, voilà qui est fait.

Sophie Babey (L’Indépendant, le 22 juin 2018)

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64