Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Catalogne. Les tentatives d’apaisement se heurtent à l’emballement judiciaire

Quim Torra sera reçu par le Roi mais les procédures suivent leur cours.

Le 9 juillet prochain le chef du gouvernement espagnol Pedro Sánchez recevra enfin en audience le président de la Generalitat Quim Torra au palais de la Moncloa. Avant lui, il aura accueilli le « Lehendakari », le chef du gouvernement basque Iñigo Urkullu, qui réclame lui aussi des relations bilatérales entre l’Euzkadi et Madrid.

Bonne volonté politique…

Un rendez-vous officialisé mercredi soir, juste après la diffusion de la lettre adressée par le président de la Generalitat et ses deux prédécesseurs, Carles Puigdemont et Artur Mas, au Roi Felipe VI, dans laquelle ils lui reprochent d’avoir pris parti le 3 octobre dernier contre les votants du référendum malmenés par la police. En post-scriptum le président Torra priait le monarque de lui accorder un tête-à-tête au cours de la cérémonie d’inauguration des Jeux Méditerranéens à Tarragone. Trois heures plus tard, c’est Pedro Sánchez qui accusait réception -d’une certaine façon- en communiquant la date de l’entretien avec le président de la Generalitat. Reste à savoir si ce dernier sera présent ou non aujourd’hui à l’ouverture des Jeux Méditerranéens…

Hier après-midi rien n’avait encore filtré. En revanche, dans la matinée, Quim Torra inaugurait l’« Anneau méditerranéen », la principale infrastructure de ces Jeux et l’épicentre de l’événement multisports où se déroulera ce midi la cérémonie d’ouverture des Jeux, ainsi que sa clôture le 1er juillet prochain.

La bonne volonté politique néanmoins de retour depuis que Pedro Sánchez a évincé Rajoy à la tête du gouvernement espagnol. Et pas seulement envers les Catalans. Le nouveau patron de l’Espagne semble avoir noué de bons rapports avec Pablo Iglésias, le leader de « Unidos-Podemos », qui avait été son principal rival sur la gauche. Ce dernier figure en premier, ce lundi, sur l’agenda des rendez-vous de Quim Torra, au palais de la Generalitat.

… contre machine judiciaire

Pourtant, si Pedro Sanchez veut mettre un terme à « l’incendie territorial » en Catalogne, il ne peut pas faire grand-chose face à la machine judiciaire emballée par Rajoy. En effet, l’instruction menée par le juge du Tribunal Suprême Pedro Llarena contre les membres du gouvernement Puigdemont et les deux dirigeants de l’ANC et Omnium Cultural, Jordi Sánchez et Jordi Cuixart, est pratiquement terminée. Or, le magistrat n’a pas changé d’un iota la qualification des accusations de rébellion, sédition, malversation, désobéissance, etc. menant à des peines de 20 à 30 ans de prison.

La nouvelle Procureure générale María José Segarra, qui a pris la place de Julián Sánchez Melgar (nommé par le gouvernement Rajoy), n’a guère plus la possibilité de proposer des chefs d’accusations moins sévères. Et le cas échéant, les quatre procureurs chargés de l’accusation ont fait savoir qu’ils n’en tiendraient nullement compte. La Procureur générale a tout de même invité le Tribunal Suprême à se dépêcher, en confirmant les mises en accusation des inculpés. Car tous seront maintenus en prison provisoire jusqu’à un procès qui devrait avoir lieu en automne.

Dès que l’instruction sera close, les députés qui seront formellement inculpés perdront leur siège. La seule issue pour tenter de « normaliser » la situation en Catalogne. Il s’agirait ensuite de faire usage de la prérogative dont dispose le chef du gouvernement espagnol d’octroyer la grâce présidentielle. D’autant qu’il pourrait aussi en faire bénéficier, entre autres, l’époux de la sœur du roi, Urdangarin, qui purge depuis quelques jours une peine de près de 6 ans de prison pour fraude fiscale, trafic d’influence et malversation de deniers publics…

En attendant, le gouvernement de Pedro Sánchez s’emploie toujours pour que les neuf dirigeants indépendantistes reclus dans des prisons madrilènes depuis 8 mois, soient transférés dans des prisons situées en Catalogne.

Joana Viusà (L’Indépendant, le 22 juin 2018)

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64