Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

« Des hommes pas éduqués et violents » : les clichés de l’Autriche sur les migrants

La présidence tournante de l’Union européenne passe à l’Autriche dont les options sur les migrants, divulguées dans une note rendue publique par Le Monde, font froid dans le dos.

C’est aujourd’hui que Jean-Claude Juncker, président de la Commission Européenne, intronise officiellement l’Autriche à la présidence tournante de l’Union européenne. Pendant 6 mois, les commandes seront dans les mains du Chancelier Sebastian Kurz. La gauche radicale européenne -GUE/NLE- l’a surnommé « d’Orban au visage de bébé ». L’Autrichien n’a en effet que 31 ans et appartient au parti populaire autrichien (ÖVP), adoubé par le PPE -parti populaire européen- qui rassemble les droites européennes. Mais il n’a pas hésité à s’allier à l’extrême droite du FPÖ pour créer un gouvernement. Et ses options sur les migrants n’ont rien à envier au Premier ministre d’extrême droite hongrois Viktor Orban.

Une note interne que s’est procurée Le Monde en atteste. Elle donne la position de Vienne sur la politique migratoire en Europe diffusée lors d’une réunion des 2 et 3 juillet. « En raison de leur origine et de leur manque de perspectives, ces migrants ont de manière répétée de gros problèmes pour vivre dans des sociétés ouvertes et même les re- jettent. Parmi eux, on trouve un grand nombre de jeunes hommes peu ou pas éduqués. Beaucoup sont tout particulièrement sensibles aux idéologies hostiles à la liberté qui prônent la violence ». Des arguments qui justifient la position autrichienne : « aucune demande d’asile ne sera déposée sur le sol européen ».

Ces clichés font froid dans le dos. Ils ne sont pas sans rappeler ceux utilisés lors de la conférence d’Evian de 1938 destinée à trouver des solutions à la masse de réfugiés juifs fuyant l’Allemagne et l’Autriche nazies. Ainsi un fonctionnaire britannique affirmait être « effaré de voir le mauvais genre de réfugiés qui se présentaient ». Ou le département d’État américain qui avait publié dans le Saturday Evening Post en 1941 un article avertissant que « déguisés en réfugiés, des agents na- zis [s’étaient] infiltrés dans le monde entier ».

Angélique Schaller (La Marseillaise, le 6 juillet 2018)

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64