Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

76% des Français veulent en finir avec l’arme atomique

Bonne nouvelle : selon un sondage réalisé par l’Ifop pour le Mouvement de la Paix, en partenariat avec La Croix et Planète paix, les Français sont très largement favorables à un engagement de la France dans un processus d’élimination des armes nucléaires. Mais ils ne veulent pas que les dépenses militaires baissent.

Pour marquer le 50e anniversaire du Traité de non prolifération et le premier anniversaire du Traité de l’ONU d’interdiction des armes nucléaires (TIAN), adopté le 7 juillet 2017, le Mouvement de la Paix a voulu sonder l’opinion des Français. Et le résultat est source d’espoir pour le camp des pacifistes. A la question, « vous personnellement, êtes vous favorable ou pas favorable à ce que la France s’engage dans un processus international d’élimination totale et contrôlée des armes atomiques, tel que prévu par les Nations Unies ? », 76% répondent par l’affirmative. « Ce chiffre reste très élevé, proche d’un questionnement similaire réalisé en 2012 », se réjouit le Mouvement de la paix dans un communiqué. En 2012, ils étaient 81% à se dire favorables. « Cette volonté est très forte dans le tous le spectre politique », ajoute l’organisation pacifiste. 67%, soit plus des deux tiers de la population sont également favorable à ce que la France s’engage à signer et à ratifier le Traité d’interdiction des armes nucléaires. Ce qu’elle a refuse de faire à ce jour.

Cette enquête a été réalisée par l’Ifop du 22 au 25 juin au- près d’un échantillon de 1.001 personnes âgées de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Elle sonde l’appréciation des Français sur « les dépenses militaires et l’élimination des armes atomiques ».

Des résultats paradoxaux

Le comparatif avec les résultats de 2012 est donc intéressant puisque, entre ces deux dates, la France a connu une série d’attentats de masse sur son sol et la guerre s’est instal- lée notamment en Syrie et en Libye. Un climat sécuritaire qui pèse sur les consciences. Mais le cadre du droit international a les faveurs des Français. En 2012, ils étaient 66% à se dirent favorables à « la participation de la France, avec les Nations Unies, à des opérations de maintien de la paix à l’étranger ». Ils sont désormais 70% en 2018. Paradoxalement, alors qu’ils sont majoritairement pour éradiquer l’arme atomique, les Français sont encore pétris par la culture de la dissuasion nucléaire et elle tend à se renforcer. Une doctrine gaullienne établie du temps où la France voulait s’affranchir de l’OTAN et donc de la férule des États-Unis. Ce qui n’est plus le cas. En 2012, seulement 36% des personnes interrogées souhaitait que le pays « renouvelle et modernise ses armes atomiques (sous marins, missiles, etc.) » ; ils sont maintenant 44% à y être favorables. Une minorité certes mais en progression. Mais le plus spectaculaire est qu’ils ne sont plus que 43% à vouloir que la France réduise ses dépenses militaires alors qu’en 2012, ils étaient 73% dans ce cas. Un renversement qui peut s’expliquer par le climat sécuritaire et les plans d’austérité qui ont touché l’armée avec la fermeture de sites très mal vécues par les territoires et leurs habitants. La ministre des Armées Florence Parly a précisé hier dans le Journal du Dimanche, que la Loi de Programmation militaire (LPM) en 2018 « bénéficie de 1,8 milliard supplémentaire ». Et ajouté qu’« entre 2019 et 2025, avec un total de 295 milliards d’euros, ce sera la première LPM en croissance depuis la fin de la guerre froide ».

Françoise Verna (La Marseillaise, le 9 juillet 2018)

67. A la question « vous personnellement, pensez vous que la France doivent maintenant signer et ratifier le Traité d’interdiction des armes nucléaires », 67% des Français répondent favorablement, soit plus des deux-tiers de la population.
22. Le Mouvement de la paix a engagé une campagne pour que la France s’engage, signe et ratifie le Traité d’interdiction des armes nucléaires. Des initiatives sont prévues lors des marches pour la Paix organisées dans toute la France, samedi 22 septembre.
14. Le dimanche 14 octobre, le Mouvement de la Paix organise avec de nombreux partenaires, une journée de mobilisation sur « les lieux du crime », c’est à dire vers les lieux où l’État français prépare la guerre atomique. Le but ? Dénoncer les conséquences humanitaires et l’illégalité de l’arme nucléaire. Le mot d’ordre sera : « M. Le président, otez-vous la bombe du crâne ».

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64