Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Procès-Verbal de la réunion du jeudi 21 juin 2018 (cellule Côte Vermeille, Section AMI, Fédération 66)

Présents : 8 camarades Excusés 4.

Débat sur le projet de base commune qui vient de nous être remis

1. Que faire de, avec ce texte ?

En premier, la procédure à suivre n’étant pas indiquée avec le texte et des informations contradictoires nous ayant été fournies oralement, les camarades soulèvent des questions de procédure : que devons-nous faire au delà de lecture et la discussion de ce texte. Sera - t’il sujet à amendements ou ne pourra t’on faire des propositions que sur les FENÊTRES ? Devrons-nous le voter, tel quel ou amendé ? etc.

2. Débat sur le texte

Les camarades présents, qui sont par ailleurs très présents dans toutes les activités militantes de la cellule, ont tous participé au débat. La synthèse de ce débat, approuvée après lecture par les camarades présents à la réunion, peut être présentée comme suit.

La démarche qui a présidé au texte de base commune

Selon un camarade : un congrès extraordinaire, pourquoi ? il dresse un constat : la préparation (texte, méthode) n’est pas à la hauteur d’un Congrès Extraordinaire.
- absence de bilan/autocritique de et par la Direction.
- « accouchement » d’un texte fourre-tout. Bref, sentiment de déjà vu.
Sentiment de déjà vu confirmé par un autre camarade : « malgré des situations très diverses je retrouve dans notre cellule ce que j'ai vécu dans les Yvelines et à Paris dans les débats concernant la vie du Parti. Partout s’exprimaient les mêmes convergences pour faire apparaître les insuffisances. Ici dernièrement nous avons rédigé une motion destinée à notre fédé et nous attendons la réponse… »

Le contenu du texte, le projet du PCF en 2018.

Une première remarque sur le fond dit que une partie de la direction semble vouloir nous entraîner dans une nébuleuse de partis socio-démocrates, des camarades approuvent cette remarque, l’un d’eux ajoutant qu’une telle tentative n’est pas nouvelle et qu’il faut la dénoncer.

Le débat s’engage donc sur le fond. Une camarade invoque la question du communisme du XXIe siècle : à ses yeux ce n’est pas le parti qu’il faut réinventer mais notre conception du communisme au XXIe siècle : qu’est-ce pour nous la révolution, qu’est-ce pour nous le communisme ? et si c’est comme le dit le texte l’écommunisme il faut d’autant plus l’analyser, en définir les contenus, expliquer pourquoi nous l’adoptons. Ne pas le faire explique les faiblesses du texte proposé : on dit comment aller vers nos objectifs en escamotant les fondamentaux qui sont les bases de cette démarche. Ce qui conduit à « décrire » au lieu d’expliquer et à ne citer que par allusion les nœuds fondamentaux de notre politique : ex on « décrit » le comportement du capitalisme en prononçant juste au passage la crise systémique du capitalisme alors qu’elle en est l’explication fondamentale, même chose pour le dépassement du capitalisme qui est une question difficile, complexe, voire pour certains incertaine qui demande d’être longuement expliquée. Même chose pour la lutte des classes alors qu’une analyse approfondie de la société contemporaine (à la fois nationale et mondiale) est indispensable pour en expliquer la réalité et le fonctionnement actuel, ce que ne fait pas le tissu d’énumérations qui nous est fourni.

Ce qu’il nous faut

Il nous faut un texte différent porteur de l’analyse actuelle de nos fondamentaux : base, objectifs, moyens, en d’autres termes il nous faut un MANIFESTE.
Des idées semblables sont développées par un autre camarade  qui s’exprime ainsi :
« Ce que j’aurais souhaité :
A partir d’une remise en question globale et ouverte de la politique des 2/3 dernières décennies (je rejoins A. quand il parle du Mur de Berlin) UN TEXTE CLAIR, ACCESSIBLE et EXPLOITABLE qui présente une DYNAMIQUE/RUPTURE. Nous avons pour cela tout ce qu’il faut, le parti a travaillé et produit de nombreuses propositions : entreprises, éducation, culture etc.
J’ajoute ici une DYNAMIQUE qui popularise les grandes ambitions de la société que les Communistes français veulent construire, qui donne envie d’y croire pour s’engager.
Bref : donner à rêver … Tout le contraire que de resservir les plats »
. Une camarade ajoute : pas un texte de compromis mais un texte clair et offensif.

Le bilan

Cette dernière remarque évoque la question du bilan abordée comme suit par un autre camarade :
« la méthode  et l'organisation des débats préparatoires ont de nouveau conduit à la cristallisation des opinions et à la division des communistes. Il faut d'abord faire le bilan des 20 ans écoulés. Ensuite aller au bout sur la démocratie, pas de forum mais des lieux décentralisés avec la construction de rassemblement partiel majoritaire et des accords entre partis partiels et autorisant les désaccords partiels ». Cette remarque introduit ainsi la question du rapport entre le parti et les rassemblements que l’on peut exprimer comme suit.

Se rassembler, pourquoi comment ?

Ne pas d’abord se rassembler  pour voir ce que l’on fera ensuite, mais au contraire définir clairement ce qu’est, ce que veut le parti communiste : aller avec cela à la rencontre des autres et débattre avec eux pour voir et décider ce qui nous est commun. Une telle démarche n’est pas en outre de pur sommet, elle est valable à tous les niveaux.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64