Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Réunion au sommet entre syndicats et patronat

Organisée pour répondre à la méthode Macron, la rencontre entre syndicats de salariés et patronat qui se déroule aujourd’hui devra aussi préparer la réunion avec l’Elysée programmée au 17 juillet.

Les numéros un de la CGT, de la CFDT, de FO, de la CFE-CGC et de la CFTC, côté syndicats, et du Medef, de la CPME et de l’U2P, côté patronat se rencontrent aujourd’hui au Conseil économique et Social (Cese) à Paris.

« En soi, c’est déjà un succès », s’est réjoui en amont Pascal Pavageau, secrétaire général de Force Ouvrière depuis deux mois. A son arrivée, il avait tout de suite plaidé en faveur de la fixation d’un « agenda social », une doléance soutenue par la CFDT.

Le fil rouge de cette rencontre est la méthode Macron. Une méthode que Pascal Pavageau résume ainsi : la « méthode Macron c’est "je pense donc tu suis" ». Laurent Berger, numéro un de la CFDT, multiplie aussi les critiques, estimant qu’il « n’y a pas de politique sociale digne de ce nom dans notre pays depuis le début du quinquennat ».

Après les ordonnances travail faisant la part belle aux revendications des entreprises et la réforme de la SNCF imposée malgré trois mois de conflit, les syndicats de salariés sont désormais inquiets d’une refonte des aides sociales, de la future réforme des retraites, d’une remise en cause du statut des fonctionnaires sans oublier les interrogations sur le plan pauvreté, reporté à la rentrée.

Côté patronat, outre les critique du prélèvement à la source le nouveau président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux a reconnu qu’il « y a un problème de vitesse. Ce gouvernement va très vite, propose énormément de réformes. On a du mal à suivre ».

« La négociation, ça a un sens »

Syndicats et patronat vont donc essayer de s’accorder sur des thèmes dont ils pourraient s’emparer pour négocier. « Remettre au centre l’idée que la négociation professionnelle, ça a un sens et que des droits pour tout le monde, ça a aussi un sens », explique de son côté le numéro un de la CGT, Philippe Martinez. Une réunion avec Emmanuel Macron est d’ores et déjà programmée le 17 juillet. Une réunion que le président présente comme une invitation à « jeter les bases d’un nouveau contrat social, celui du siècle qui s’ouvre ». Et d’assurer vouloir aborder « la réforme de l’assurance chômage ou la santé au travail » dans « un esprit constructif ». En affirmant que le chômage n’est plus un droit comme il l’a fait dans son discours de Versailles de lundi ?

Angélique Schaller (La Marseillaise, le 11 juillet 2018)

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64