Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Cheminots. Deux jours de grève contre le licenciement d’un syndicaliste

De retour depuis hier matin à la SNCF, la grève se poursuivra jusqu’à ce soir. Pas moins de cinq syndicats (CGT, CFDT, Unsa, Sud et FO) appellent les cheminots de la région à stopper le travail. Cette fois, les sa- lariés du rail ne protestent pas contre la ré- forme ferroviaire, mais bien contre les menaces de sanctions qui pèsent sur leur collègue nîmois Jean-François Randado. « Il est menacé de licenciement pour avoir allumé une torche en gare de Nîmes il y a environ un mois », rappelle le représentant des cheminots CGT de Perpignan, Lucas Mas. « Nous nous opposons à cette sanction disproportionnée, qui vise à faire un exemple dans une région fortement mobilisée contre la réforme. »

Doléances multiples

Hier, en fin de matinée, une trentaine de cheminots grévistes ont remis à la direction locale de la SNCF une motion pour réclamer le maintien de Jean-François Randado à son poste. Ce vendredi, les cheminots ont aussi profité de leur entretien avec la représentante de la direction pour évoquer la récente « suppression d’une dizaine de postes » (personnel d’escale et d’accueil) en gare de Perpignan. Effective depuis le 7 juillet dernier, cette suppression s’est notamment soldée par la fermeture de la bulle d’accueil de la gare historique. A noter également : si la grève perlée de deux jours sur cinq est terminée, la CGT et Sud entendent bien poursuivre le combat contre la réforme ferroviaire cet été par le biais de journées d’action ponctuelles. La prochaine mobilisation est prévue pour ce 19 juillet.

L'Indépendant, le 14 juillet 2018

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64