Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Festival Pablo Casals. Casals et Kennedy

Le festival 2 018 met en lumière l’engagement du musicien.

Un archet pour la Paix est le thème de l’édition 2018. Les vers de Victor Hugo « à ce beau ciel où volent les colombes » illustrent et griffent l’affiche de ce 66e festival qui se déroulera, comme chaque année, du 26 juillet au 13 août, à Prades et à l’abbaye Saint-Michel de Cuxa, à Codalet.

Pendant ces trois semaines, Michel Lethiec, directeur artistique du festival, a tissé un programme liant d’un fil rouge l’engagement du Maître violoncelliste, sa lutte contre le dictateur espagnol Franco, avec ceux de ses aînés et de ses contemporains qui ont grondé les mêmes révoltes : la résistance d’un Bernstein ostracisé par l’Amérique de Nixon, l’engagement de Bartok, les tortures subies par Theodorakis, la volonté du Docteur Schweitzer d’élever Casals au Prix Nobel de la Paix.

La lettre de l’espoir

Le thème de l’édition 2 018 atteindra son paroxysme le soir du 13 août en l’abbaye Saint-Michel de Cuxa, lors du concert de clôture. Les pièces interprétées seront celles que Casals avait jouées devant le président Kennedy le 13 novembre 1961. Ce grandiloquent symbole n’est pas chose inédite mais il est fondamental. Comme un boxeur vieillissant qui se rend compte qu’il n’a plus les moyens de combattre longuement, Casals se tient debout devant son dernier espoir, en la personne du président récemment élu, John Fitzgerald Kennedy. Lorsque les démocrates ont gagné les élections, Kennedy, en tête de proue, ouvrait alors la possibilité d’appliquer une politique nouvelle. Casals, de l’autre côté de l’Atlantique écrivait au jeune président en février 1961. Cette lettre entrevoit l’espoir du retour de la liberté en Catalogne et de la démocratie en Espagne. En voici un court extrait : « Je suis heureux d’ajouter mes félicitations à celles de milliers d’êtres humains dans le monde entier, qui voient dans votre élection une promesse d’espérance pour l’humanité. Cette espérance se renforce avec la conviction que l’intelligence et l’idéalisme sauront canaliser la puissance de celui qui a été élu pour gouverner son peuple et qui s’acharne et s’engage à consacrer ses efforts matériels et spirituels à sauver les biens pour lesquels l’humanité lutte et souffre à l’heure actuelle. Ces biens se résument et se matérialisent en un seul : le droit intrinsèque de l’homme au bonheur, à jouir d’une pleine conscience libre qui lui permette une élévation spirituelle (…) ».

« Il pleurait en silence »

Kennedy répond à Casals en l’invitant à jouer à la Maison Blanche. Le 13 novembre 1961, Casals se produit devant les Kennedy lors du fameux concert à la Maison Blanche où il interprète Couperin, Schumann, Mendelssohn et le Chant des oiseaux aux côtés d’Alexander Schneider au violon et Mieczyslav Horszowski au piano. Quelques mois après, à l’automne 1963, Casals se voit décerner la médaille de la Liberté. L’assassinat de Kennedy à Dallas n’a pas permis que ce dernier la lui remette personnellement.

La mort de JFK, comme le retrace le poète et ami de Casals, Joan Alavedra, affectera profondément le Maître. « Il fut atterré. Il se laissa tomber dans un fauteuil devant la télévision et resta là, immobile. Il ne détachait pas ses yeux des images, ne se leva pas. Il pleurait en silence... ».

L'Indépendant, le 16 juillet 2018

Programmation détaillée du festival, renseignements et réservations : 04 68 96 33 07 - prades-festival-casals.com.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64