Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Saillagouse. La trésorerie de Cerdagne est-elle menacée ?

Georges Armengol, maire de Saillagouse. « Si la trésorerie ferme, on ira à la guerre »

La direction générale des finances publiques (DGFIP) des Pyrénées-Orientales avait proposé la suppression de deux trésoreries pour le 1er janvier 2019, trois ayant déjà été supprimées depuis 2012. Douze communes sont concernées par d’éventuelles fermetures dont Saillagouse dès le 1er septembre. Face à cette menace, Georges Armengol, maire de Saillagouse et président de la communauté de communes Pyrénées-Cerdagne, s’est très vite positionné : « On parle de la trésorerie de Saillagouse mais c’est beaucoup plus global que cela. C’est au Ministère à Bercy qu’il y a problème. En 2019, il y aura le prélèvement de l’impôt à la source, cela veut dire que le personnel des trésoreries ne fera plus ce travail. C’est de la perte d’emploi et du transfert de charges sur les collectivités et les entreprises ». Sur la trésorerie de Saillagouse, deux postes n’ont pas été pourvus car personne n’a postulé même si le directeur général a engagé des démarches depuis mars 2018. « Concernant une fermeture, le directeur général de la DGFIP, M. Bonnel, m’a garanti, puisque je suis intervenu, qu’il n’y avait pas eu de demande dans ce sens ».

Une motion de soutien

Mais le maire n’exclut pas un ordre venant de plus haut pour fermer ou fusionner deux trésoreries, celle de Mont-Louis étant la plus proche. « Si les perceptions ne sont pas là, surtout en cas de problème comme on l’a vu sur certaines choses qui ne fonctionnent pas, les montagnards doivent aller à Prades ou Perpignan. Je préférerais que l’on supprime des postes à Bercy et que l’on mette beaucoup plus de personnel dans les zones et montagne ! ». S’il n’y a donc pas de positionnement faisant craindre une fermeture, les élus de la communauté de communes n’en prendront pas moins une motion lors de la prochaine assemblée générale pour rappeler qu’ils demandent le maintien des moyens en Cerdagne et Capcir. Et si d’aucuns pensent que les Maisons de service au public pourraient faire office de succursale des perceptions, « certainement pas ! » s’insurge le maire, « c’est un endroit où l’on peut aller pour une primo-information mais n’est pas habilité à faire des déclarations pour les usagers car le personnel de la perception prête serment au tribunal de la Région ». Les communes qui ont des régies comme certaines stations de ski ont besoin d’un service personnalisé. Si l’on supprime les trésoreries en montagne, l’impact serait gravissime. « Si demain on nous annonce que la trésorerie ferme, on ira à la guerre ! » a conclu Georges Armengol.

Frédérique Berlic (L'Indépendant, le 22 juillet 2018)

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64