Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

L’Aquarius repart en mission au secours des migrants

L’Aquarius, bateau de sauvetage de l’association SOS Méditerranée, a repris la mer hier en fin d’après-midi, après une escale technique d’un mois dans le port de Marseille.

« Sauver des vies ». L’objectif et les principes d’action restent les mêmes pour SOS Méditerranée et Médecins sans frontières qui opèrent à bord de l’Aquarius. « L’assistance en mer n’est pas un principe négociable, altérable », selon Frédéric Penard, directeur des opérations pour SOS Méditerrannée. Le droit maritime, régit par différentes conventions internationales, stipule que tout capitaine de navire ayant connaissance de personnes en situation de détresse en mer est tenu de leur porter secours au plus vite. C’est en conformité avec ce principe que l’équipage de l’Aquarius compte reprendre sa mission de sauvetage.

L’immobilisation de l’Aquarius a été l’occasion pour ce dernier de se doter de nouveaux équipements qui lui permettront d’améliorer son action. Le bateau de sauvetage a pu installer un nouveau canot semi-rigide, qui offre une capacité d’accueil plus importante ainsi qu’une plus grande efficacité lors de ses interventions. Le navire a également renforcé son autonomie alimentaire et médicamenteuse, si tant est que le scénario connu en juin venait à se reproduire. L’Aquarius, après le refus des autorités italienne et maltaise de l’accueillir, était alors resté bloqué une semaine en mer, avec 630 migrants à son bord. Une chambre mortuaire a par ailleurs été intégrée au bateau afin de « respecter la dignité des personnes décédées ».

D’autre part, cette immobilisation a permis à l’équipage de s’entraîner et de mettre au point des scénarii opérationnels, afin d’être préparé au mieux à ce qui l’attend au large des côtes méditerranéennes.

Marseille solidaire

Lors de la conférence de presse organisée, hier, à Marseille par SOS Méditerranée, Francis Vallat, président de l’association, a tenu à adresser ses remerciements au port de Marseille et à sa présidente, Christine Cabeau-Woehrel, ainsi qu’aux services portuaires et aux affaires maritimes, qui ont « tout mis en oeuvre pour que l’Aquarius soit reçu dans de bonnes conditions ».

Il sera possible de suivre le travail humanitaire du « bateau citoyen » grâce à un site internet qui « témoignera en quasi temps réel de ce que nous verrons et ferons. », selon Antoine Laurent, directeur des opérations maritimes pour SOS Méditerranée.

Sarah Boumghar (La Marseillaise, le 2 août 2018)

--> onboard-aquarius.org.

Robert Guédiguian. « L’Aquarius sauve l’honneur de l’humanité »

Le cinéaste marseillais a défendu les équipes de SOS Méditerranée notamment lors d'un passage sur France info , ce mercredi.

« Il faut sauver les vies d'abord et questionner ensuite. Les questions politiques, sociales, économiques viennent après. D’abord, on sauve, après on débat », a d'emblée affirmé Robert Guédiguian, invité sur France Info, ce mercredi, à commenter une tribune baptisée « Le seul et unique objectif de l'Aquarius, c'est de sauver des vies en mer ». Tribune qu'il vient de cosigner dans le journal Le Monde. « Je pense que toute personne qui ne fait pas un geste, qui ne tend pas la main à quelqu'un qui se noie, est un salaud », a crûment dénoncé le réalisateur de Marius et Jeannette.

« L’Humanité, c’est ce qui nous distingue des autres es- pèces, c’est que nous avons conscience de nous-mêmes. Alors comment ne pas ouvrir la main à quelqu’un qui meurt de faim, c’est impensable ? », a-t-il poursuivi. Sauver les rescapés des traversées est, selon le juré du dernier Festival de Cannes, « un devoir absolu, un impératif moral ». Guédiguian s’en est également pris à ceux qui accusent l’ONG d’être co-actrice de la situation vécue par les migrants.

« Quiconque dit ça est une ordure (…) C’est les pires des salauds qui disent ça! ». Il juge, bien au contraire, que les équipes de l’Aquarius « sauvent l’honneur de l’Humanité », et font ce que « les politiques au niveau national et international ne font pas ». Évoquant « la solidarité maritime » louée dans la tribune commune, valeur qu’il a qualifiée de « magnifique », le réalisateur marseillais a affirmé que « la solidarité terrestre devrait exister partout. On ne laissera pas les gens mourir, on ira et on verra ce qui se passe, voilà », induisant une forme de « désobéissance civile ». Guédiguian a enfin rappelé que la France était « extrêmement riche » et que « même les plus pauvres dentre nous se doivent d’accueillir » les migrants.

La Marseillaise, le 2 août 2018

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64