Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Marie-George Buffet. « Une évolution positive de la mixité »

L’ancienne ministre de la Jeunesse et des Sports, Marie-George Buffet (PCF), partage son avis sur l’avancée de la mixité dans le monde sportif suite aux récentes performances de la France, lors des Championnats d’Europe dans les épreuves mixtes.

La Marseillaise. En natation, en athlétisme, plusieurs disciplines mixtes ont été crées. Est-ce une révolution ?

Marie-George Buffet. Je ne parlerais pas de révolution, c’est une avancée. Pour moi, la révolution ce sera quand on aura autant de filles que de garçons dans les clubs sportifs notamment à l’adolescence et quel que soit le sport. Mais aussi quand elles seront autant poussées que les garçons à faire du sport, autant acceptées dans les diverses pratiques que les garçons.

La Marseillaise. Les bonnes performances d’une équipe nationale peuvent-elles contribuer à la mixité dans le sport ?

Marie-George Buffet. Oui évidemment. Par exemple, en ce moment les clubs de football s’inquiètent car beaucoup de jeunes veulent s’inscrire mais les clubs ont de moins en moins de moyens. Et cela va être la même chose si l’équipe de France de foot féminine arrive à aller loin lors de la prochaine coupe du monde en 2019. Cela va donner envie à des petites filles d’en faire. Plus on valorisera les championnes et plus il y aura d’envie tout simplement.

La Marseillaise. Quel état des lieux faites- vous de la mixité dans le sport ?

Marie-George Buffet. Le sport féminin gagne en visibilité quand les garçons et les filles sont sur le même terrain comme en athlétisme, ou en gym (les épreuves se succèdent). Mais il y a un manque de visibilité sur les sports où les femmes sont nouvellement pratiquantes. Je pense au rugby par exemple. Pour donner envie aux gamines, il faut qu’elles puissent voir les championnes s’exercer dans différentes pratiques. C’est une question essentielle.

La Marseillaise. Quelle est la solution ?

Marie-George Buffet. Il y a un décret qui existe et que l’on peut modifier. Un décret qui liste les événements sportifs qui doivent obligatoirement passer sur une chaîne non payante. Il faut donc revoir cette liste pour y ajouter plus d’épreuves féminines.

La Marseillaise. Depuis votre dernier mandat, avez-vous observé une évolution positive ?

Marie-George Buffet. Oui bien sûr. Par exemple la fédération de rugby a mis les moyens pour le développement de la pratique sportive féminine. Dans le foot, on voit également que l’on a une éthique nationale qui tient la route. Mais méfions-nous des reculs. Certaines traditions font que des jeunes filles ne veulent pas pratiquer un sport comme la natation à cause de la tenue nécessaire. Il faut agir pour le droit des femmes. Je me bats par exemple pour que l’un des objectifs de la France avant les Jeux Olympiques en 2024 soit d’obtenir du CIO (Comité International Olympique) que l’on ait une mixité dans toutes les délégations qui seront présentes aux JO, ce qui n’est pas encore le cas. Nous avons encore trop de pays qui interdisent la pratique sportive aux femmes. Tant que l’on n’aura pas internationalisé la pratique sportive des femmes, il y aura toujours un danger de recul dans n’importe quel pays. C’est une bataille internationale.

La Marseillaise. La mixité reste compliquée dans d’autres pays ?

Marie-George Buffet. Eh bien il y a des pays où la pratique sportive est interdite aux femmes. C’est donc un combat permanent. Les JO permettront de mener ce combat tout comme l’attitude des clubs et leur encadrement. Il y aussi la pratique du sport au sein de l’Éducation nationale, je suis toujours très inquiète quand on voit que l’EPS (Education sportive et physique) n’est plus considéré comme une pratique à part entière en étant retiré de certains examens. Pourtant c’est à l’école que les filles et les garçons sont égaux devant la pratique de l’éducation physique donc il faut absolument développer l’EPS.

La Marseillaise. La mixité dans le sport doit commencer dès le plus jeune âge à l’école ?

Marie-George Buffet. Bien sûr ! Pratiquer ensemble le sport ça s’inculque dès le plus jeune âge, dès la maternelle. Et puis, le sport est un bon baromètre du niveau de l’égalité dans une société.

La Marseillaise. Lors de votre mandat songiez-vous déjà à tendre vers la mixité ou les esprits étaient-ils encore trop fermés ?

Marie-George Buffet. Nous avions ouvert une ligne budgétaire uniquement consacrée à la féminisation du monde sportif, pour aider les fédérations à développer cette pratique sportive féminine. Je m’étais aussi battue pour que la finale du championnat du Monde de handball féminin que disputait la France soit diffusée. Aucune chaîne n’avait prévu de la retransmettre, et cela avait été une vraie bataille avec France 2. Un dernier point qu’il faut soulever, c’est la féminisation des instances sportives. À l’époque il y avait très peu de femmes présidentes et il y en a encore trop peu. Elles sont bénévoles en très grand nombre dans les clubs mais au niveau des instances, notamment nationales, nous avons besoin de plus de femmes qui occupent des postes à responsabilité.

Entretien réalisé par Jaufrey Ambrosino (La Marseillaise, le 17 août 2018)

Repères

5,77. C’est le pourcentage de femmes ayant entre 15 et 25 ans et étant licenciées dans un club de football, le sport le plus pratiqué en France avec plus de 2 millions de licenciés. Le foot est le mauvais élèves de ce classement avec le rugby (6,37%) quand d’autres sports collectifs comme le handball (36%) ou le basket (38,9%) sont plus paritaires. Les bons élèves sont la natation (48,9 %) et l’athlétisme (47,9%), deux sports individuels.

1900. C’est la date à laquelle les femmes font leur apparition aux Jeux Olympiques. Elles seront 22 (contre 975 hommes, soit 2,2%) à obtenir le droit de concourir pour les épreuves de tennis et de golf. Charlotte Cooper et Margaret Abbott deviennent les deux premières championnes olympiques. Mais leur participation est plus que décriée, à l’instar du Dr Maurice Boigey, théoricien de l’activité physique, qui dira que « la femme n’est pas faite pour lutter mais pour procréer ».

1. La fédération internationale de triathlon est la seule fédération du mouvement olympique (sur 41) à être présidée par une femme, l’Espagnole Marisol Casado.

La Marseillaise, le 17 août 2018

La mixité au programme des JO

Au fil des championnats internationaux, les épreuves mixtes fleurissent dans le calendrier des compétitions. A Rio, six épreuves olympiques étaient mixtes, il y en aura sept de plus à Tokyo pour les prochains Jeux Olympiques.

Les épreuves mixtes à Tokyo en 2020 :

  • Equitation
  • Badminton (double mixte)
  • Tennis (double mixte)
  • Voile (Nacar 17 mixte)
  • Athlétisme (relais 4x400m mixte)
  • Cyclisme (course à l’américaine mixte)
  • Natation (relais 4x100m nage libre mixte)
  • Judo (concours par équipes mixte)
  • Tennis de table (double mixte)
  • Tir à l’arc (concours par équipes mixte)
  • Triathlon (relais mixte)

La Marseillaise, le 17 août 2018

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64