Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Coût de la vie en hausse. 46% des étudiants contraints de travailler

Pour la rentrée 2018, le coût de la vie augmente de 1,31% pour les étudiants selon l’enquête du syndicat Unef. Soit 10,80 euros de plus par mois. Le reste à charge moyen pour un jeune étudiant est de 866,69 euros par mois. Conséquence : ils sont de plus en plus nombreux à devoir travailler. Or la précarité est la première cause d’échec, rappelle le syndicat.

Les étudiants français vivent de plus en plus dans la précarité. En cause : l’augmentation du coût de la vie qui s’établit à +1,31% pour cette rentrée. « 56% des étudiants voient leur coût de la vie augmenter plus fortement que l’inflation. Les étudiants s’appauvrissent donc bien plus vite que le reste de la population », analyse le syndicat UNEF dans son enquête sur le coût de la vie étudiante. « Ce sont les étudiants les plus précaires qui souffrent le plus de cette augmentation : les moins de 20 ans qui arrivent en première année et les boursiers », a souligné la présidente de l’Unef, Lilâ Le Bas, hier matin sur BFM-TV. Les premiers subissent une augmentation des frais d’inscription de 76 euros. Quant aux boursiers, ils font les frais des choix du gouvernement : la baisse des aides au logement (APL) de 5 euros par mois en 2017 et leur non revalorisation cette année. S’ajoute le gel des bourses pour 28% des étudiants éligibles.

Pendant ce temps, le coût des loyers augmente dans toute la France. C’est le premier poste de dépense des étudiants (54%) et un « important frein à l’autonomie », note l’Unef. Se déplacer coûte aussi de plus en plus cher alors que c’est « un poste de dépense nécessaire pour les étudiants ». Une fois soustraites les aides, le reste à charge pour un étudiant s’élève en moyenne à 866,69 euros par mois. Conséquence : 46% des étudiants sont contraints de travailler. Pour lutter contre la précarité, l’Unef défend notamment une réforme des aides sociales avec augmentation des bourses -le montant maximal mensuel est de 555,1 euros- et du nombre de boursiers ainsi qu’une hausse de 20% des APL.

Françoise Verna (La Marseillaise, le 21 août 2018)

Repères

837. Le poste de dépenses mensuel moyen d’un étudiant est de 837 euros par mois pour la rentrée 2018. Soit 1,31% d'augmentation par rapport à 2017.

5. Le gouvernement a fait le choix de baisser les APL de 5 euros par mois en 2017. Décision qui a des répercussions sur le budget des étudiants. En 2018, les APL sont gelées et les loyers augmentent en moyenne de 1,21%.

10. Les frais de transports augmentent. 10 villes universitaires ont des tarifs au-dessus de la moyenne : 265,55 euros pour les boursiers et 271,77 euros pour les non boursiers. En région, les tarifs augmentent de 1% en moyenne.

73,5%. Plus de deux tiers des étudiants n’ont droit à aucune aide pour inancer leurs études, soit 73,5% qui doivent uniquement compter sur la solidarité familiale ou le salariat.

La Marseillaise, le 21 août 2018

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64