Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Jacques Blin. L'effet Coupe du monde ?

Jacques Blin. Membre du bureau de l’Institut d’histoire sociale de la CGT.

Les soldes n’ont pas connu le succès de l’année dernière. La faute à quoi ? A la Coupe du monde pardi ! Les français n’auraient pas été au rendez-vous de la fréquentation touristique. La faute à quoi ? A la Coupe du monde pardi ! La Coupe du monde qui vit la victoire de notre équipe nationale serait-elle la seule responsable de la morosité des français ? Certains ont évoqué timidement les grèves…

Cependant, une étude a révélé que le budget des ménages pour les soldes avait été de 288 euros contre 318 l’an dernier. En ce qui concerne la fréquentation touristique, Jacques Mestre, président régional de l’Union des métiers et de l’industrie de l’hôtellerie en Occitanie relevait malgré tout le facteur économique. « Les français ont de moins en moins d’argent à dépenser ». En juillet, pour la première fois depuis 2012, l’indice des prix a passé la barre des 2% sur la zone euro. Il a atteint jusqu’à 2,3 % en France.

Coupe du monde, grèves, cela n’a pas empêché que dans notre pays 44 milliards de dividendes rejoignent les poches des actionnaires. Les objectifs de croissance sont revus à la baisse et les budgets sociaux sont dans les cartons des arbitrages budgétaires, laissant présager une note douloureuse pour la majorité des Français. Après la hausse de 1,7 point de la CSG, sans compensation qui est déjà venue amputer le pouvoir d'achat des retraités au début de l'année, le Premier ministre a annoncé dimanche que les pensions n'augmenteront que de 0,3% pour 2019 et 2020 alors que l'inflation vient de passer les 2% en rythme annuel (+2,3% précisément). Une mesure qui va pénaliser une fois de plus les retraités. Le magazine Capital estime une perte moyenne de 500 euros par an pour un retraité.

Les retraités sont souvent le vecteur principal de l’industrie touristique, on estime à plus de 22 milliards le potentiel de dépenses touristiques de ceux-ci. La perte du pouvoir d’achat aura inévitablement un impact sur les désirs d’évasion de ces derniers.

Ajoutons les hausses continues des tarifs du gaz, de l’électricité, les déremboursements des frais médicaux et de nombreux médicaments. La question du pouvoir d’achat est posée comme condition de la re- lance économique. On est loin de l’effet Coupe du monde.

La Marseillaise, le 31 août 2018

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64