Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Aude. La conseillère régionale PCF Mylène Vesentini décède dans un accident de la route

L’émotion était particulièrement vive hier, dans le département de l’Aude et parmi les membres de la famille politique communiste, après le tragique décès de Mylène Vesentini, secrétaire départementale du PCF 11, conseillère régionale. et membre du conseil national du PCF depuis 2015.

Figure emblématique de la politique locale, Mylène Vesentini a perdu la vie dans un accident de la route, survenu aux alentours de 9h30 sur la RD6113, à hauteur du village de Moux, dans l’Aude. Une voiture aurait quitté sa voie, pour des raisons encore inexpliquées, et percuté une moto roulant dans le sens opposé et sur laquelle se trouvait Mylène Vesentini et son mari, Bernard Vesentini, lui aussi décédé. Malgré l’intervention des pompiers et du SAMU, les époux n’ont pu être réanimés. Le couple se dirigeait vers Coursan pour terminer les préparatifs de la Fête de l’Humanité.

Des hommages en nombre

À l’annonce de la disparition de cette militante de longue date, les réactions ne se sont pas fait attendre. Sur les réseaux sociaux ou par le biais de communiqués, les hommes et femmes politiques de la Région Occitanie lui ont rendu hommage.

A l’image de la présidente de la Région, Carole Delga, qui a présenté ses condoléances à la famille des deux disparus et salué « une femme de cœur et de valeurs » « connue et reconnue pour son humanisme et son combat contre toutes les injustices ». Sur Twitter, le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, a lui exprimé toute sa tristesse. « Sous le choc en apprenant l’accident mortel de Mylène Vesentini, responsable départemental du @pcf de l’#Aude et de son mari. Des amis et des militants formidables. », a-t-il écrit.

La fédération du PCF 11 n’a pas manqué de souligner l’engagement acharné de Mylène Vesentini : « Elle était (...) pleine d’humanité désintéressée. Quels que soient les lieux ou elle se trouvait, elle défendait la cause des femmes, elle combattait tous les racismes, elle prenait le parti des réfugiés et des laissés pour compte ».

Le secrétaire départemental du parti communiste 66, Nicolas Garcia, a quant à lui évoqué « une perte pour le monde du travail qu’elle a défendu sans cesse opiniâtrement depuis plus de 40 ans, comme syndicaliste CGT et comme communiste ».

L'Indépendant, le 3 septembre 2018

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64