Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Perpignan. Pour la ministre de la Culture, le théâtre municipal doit rester un théâtre

Interpellée sur l’avenir de la salle J. Pere Cerda, Françoise Nyssen se prononce sur son affectation.

Verra-t-on des enseignements universitaires dispensés au théâtre municipal Jordi Pere Cerda ? Si cette question oppose depuis plusieurs mois la Ville de Perpignan, soucieuse de trouver des lieux pour le deuxième volet de l’implantation des étudiants en centre-ville, et les associations de défense du patrimoine, la ministre de la Culture Françoise Nyssen est intervenue sur ce dossier. Cela fait suite à une question écrite du sénateur PCF Pierre Laurent à laquelle elle a donné une réponse dimanche dernier. Interpellée sur « des travaux coûteux qui défigureraient le théâtre », la ministre a affirmé « qu’aucune salle de spectacles publics spécialement aménagée de façon permanente pour y donner des concerts, des spectacles de variétés ou des représentations d’art dramatique, lyrique ou chorégraphique, ne peut recevoir une autre affectation ni être démolie sans que le propriétaire ou l’usager ait obtenu l’autorisation du ministre chargé de la Culture ». En clair : le théâtre ne peut devenir un amphithéâtre sans son accord.

Travaux cet été

Il demeure que Françoise Nyssen prévient : oui, il doit rester un théâtre, mais un théâtre qui fonctionne. « Nous sommes attachés à ce que ces lieux puissent être accessibles à tous, et en particulier aux jeunes publics. Dans cette perspective, comme le propose l’association de sauvegarde du patrimoine artistique et historique roussillonnais (ASPAHR), une réflexion pourrait être engagée pour améliorer l’accès et l’utilisation du théâtre municipal de Perpignan, tout en préservant ses spécificités architecturales ». Souffrant de la concurrence avec le théâtre de l’Archipel scène nationale, le lieu était géré depuis une dizaine d’années par la régie du palais des congrès avant de revenir avant l’été dans le giron de la direction de la Culture de la Ville de Perpignan. Le moyen selon nos informations pour que la Ville entame des travaux afin de mettre aux normes le bâtiment pour l’accueil en septembre 2020 des étudiants de droit. En tout cas, la municipalité a procédé cet été à un diagnostic des lieux, avant d’enlever les sièges qui n’étaient pas d’origine -le bâtiment date du début du XIXe siècle- mais récupérés d’un ancien cinéma.

J.-M.Pujol : « on va redonner de l’attractivité au bâtiment »

Contacté hier, le maire Jean-Marc Pujol n’était pas au courant d’une réponse de la ministre. Tout comme il l’annonçait dans nos colonnes en mars dernier, le premier magistrat reste convaincu que le lieu peut être partagé entre les étudiants et les artistes. « L’an dernier, le théâtre a été ouvert 34 jours sur 365. Contrairement à ce que disent certains, on va améliorer l’attractivité de ce patrimoine. J’ai fait les arbitrages pour que l’on ne touche ni à la scène, ni à la fosse, mais que l’on se concentre sur l’accessibilité et des lieux particuliers comme les sanitaires, afin que demain on puisse voir du théâtre, des concerts, mais aussi utiliser les lieux comme une salle de cours ». Une approche contestée par Jean-Bernard Mathon de l’ASPAHR. « La réponse de la ministre est de bon sens. Selon nous, si le bâtiment n’est ouvert que le week-end pour la culture et la semaine pour les étudiants, il change d’affectation. On saisira les Architectes des Bâtiments de France (ABF) afin de s’assurer qu’il n’y a pas de remise en cause des décors et de l’installation ».

Julien Marion (L'Indépendant, le 5 septembre 2018)

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64