Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

La rentrée politique de Carole Delga. « Emmanuel Macron incarne un président des riches »

La présidente de la Région Occitanie-Pyrénées/Méditerannée présente les grands dossiers de l’année à venir et commente l’actualité politique nationale.

L’indépendant. Affaire Benalla, démission de Nicolas Hulot, sondages en berne : l’été a été politiquement difficile pour Emmanuel Macron. Vous, qui avez travaillé à ses côtés, êtes-vous surprise ?

Carole Delga. Non ! Il est arrivé au pouvoir non pas par adhésion mais dans un contexte particulier où il n’y avait pas vraiment le choix. Le mouvement En marche a considéré, à tort selon moi, que l’élection d’Emmanuel Macron s’apparentait à un plébiscite. En réalité, nos concitoyens nous ont surtout adressé un message clair, sur le niveau de l’abstention d’abord, sur leur volonté d’un changement des pratiques politiques ensuite. Force est de constater que les actes ne sont pas en conformité avec le discours. Nicolas Hulot l’a exprimé avec force et sincérité quand il a évoqué l’inadéquation entre une politique li- bérale et les enjeux écologiques. On voit bien qu’Emmanuel Macron incarne ce Président des riches et d’un certain clan. Il y a ce sentiment d’une politique injuste qui en privilégie certains, d’une France à deux vitesses. Je regrette ce qui arrive, car je suis profondément attachée à la réussite de la France.

L’indépendant. Migrants, choix économiques, mesures sociales : vous semblez être de plus en plus dans l’opposition. Mais dans quelle opposition ?

Carole Delga. Je suis une femme de gauche, d’une gauche de responsabilité, humaniste, celle qui aime l’entreprise, ses responsables autant que ses salariés, une gauche qui agit pour l’égalité des chances. Avec Emmanuel Macron, nous n’avons pas la même conception. Sa vision, très libérale, s’oppose aux fondamentaux politiques qui sont les miens, que ce soit la justice sociale ou une meilleure répartition des richesses. Quel effet a eu la suppression de l’impôt sur la fortune sinon que les millionnaires paient proportionnellement moins d’impôts que nous ? C’est cinq milliards de moins pour l’économie, car ils ne reviendront pas par je ne sais quel ruissellement.

L’indépendant. Quels sont les dossiers prioritaires de votre politique régionale ?

Carole Delga. Notre objectif, c’est de continuer à être la région de l’innovation. Innovation pédagogique avec la carte jeune qui propose aux élèves et apprentis la gratuité des manuels scolaires et du premier équipement professionnel, un ordinateur gratuit ou des aides pour en acquérir un dans le cadre du dispositif LorDi. En matière de transports scolaire, nous avons engagé une baisse significative des tarifs et progressivement, nous irons vers la gratuité. La rentrée la moins chère de France, c’est en Occitanie.

L’indépendant. Les transports constituent un autre dossier prioritaire ?

Carole Delga. Oui, c’est un dossier important qui requiert une vigilance forte car nous sommes en train de prendre du retard. En France, le TGV s’arrête à, Montpellier et à Bordeaux, sans être connecté à la péninsule ibérique. C’est inacceptable. Les entreprises, comme les habitants, ont besoin d’être reliées. Cette question est centrale. Nous avons eu récemment la confirmation de la décision de l’État d’actualiser le projet d’intérêt général de la ligne nouvelle Montpellier-Perpignan (LNMP). C’est une bonne nouvelle.

L’indépendant. Allez-vous jouer un rôle dans la campagne en vue des élections européennes du mois de mai ?

Carole Delga. J’ai l’intention de m’impliquer dans les débats qui s’ouvrent. Autant nous avons des divergences avec le chef de l’État, autant je partage sa volonté de plus d’Europe. Mais, si le chantier est immense, ce n’est pas une raison pour renoncer. Le renoncement conduit à ce qu’on voit actuellement en Italie où l’extrême droite est au pouvoir. Et puis dans notre région, comment ne pas être européen quand on sait la part de l’Europe dans la réussite du géant Airbus, dans le soutien aux filières agricoles et viticoles notamment ?

L'Indépendant, le 7 septembre 2018

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64