Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Michel Perraud. Précaires, retraités et salariés : même combat !

Michel Perraud. Militant CGT, retraité de la métallurgie.

Au sein de la bourgeoisie capitaliste, les 500 plus grandes fortunes françaises ont connu, entre 1996 et 2018, une des périodes les plus fastes depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale : d’après les études annuelles publiées par l’hebdomadaire Challenges, ces 500 plus grandes fortunes ont connu un taux moyen annuel de croissance de 10%.

Pendant la même période, le pouvoir d’achat des personnes salariées, retraitées, précaires ou au chômage s’est dégradé.

Au second tour des élections législatives, plus de la moitié des électeurs inscrits se sont abstenus. Aucune des politiques libérales mises en œuvre depuis Giscard-Barre jusqu’à Macron n’a apporté la moindre solution aux difficultés des classes populaires. Au bout du bout, l’idéologie libérale des exécutifs -président et gouvernement- vise à transférer une part du PIB annuel de plus en plus importante aux propriétaires du capital au détriment des conditions de vie et de travail de l’immense majorité. La première cause du désengagement des classes populaires, c’est la comparaison entre la croissance absurde des grandes fortunes capitalistes et l’appauvrissement programmé de la classe salariée au sens large - toutes celles et tous ceux dont le pouvoir d’achat dépend de la rémunération salariale, c’est-à-dire les 90% de la population qui vivent de salaires directs ou du salaire socialisé (assurance maladie, allocations familiales, retraites, chômage et services publics).

Ce désengagement a une seconde cause : les politiques libérales n’oublient jamais de provoquer la discorde, la division. C’est le « viol des foules » par l’entretien de conflits internes : concurrence des statuts, des origines, des classes d’âge, des métropoles favorisées opposées aux banlieues suburbaines. Mais il faut refuser toutes ces tentatives de division. La cause de l’augmentation des 500 premières fortunes, ce sont les politiques mettant en œuvre les revendications du Medef.

Les êtres humains ont des yeux pour voir, des têtes pour penser, des bouches pour s’exprimer, des bras pour agir. Retrouvons les chemins de l’unité de classe. Dans les boites et dans les quartiers, préparons ensemble le 9 octobre.

La Marseillaise, le 21 septembre 2018

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64