Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Catalogne. La campagne de Manuel Valls à Barcelone mettra-t-elle le feu aux poudres ?

Nicolas Garcia, secrétaire départemental du PCF, communique.

Il a beau exhiber les clefs de son appartement barcelonais, abandonner son mandat de député français comme Manuel Valls a toujours sacrifié son environnement pour sa seule ambition personnelle, son amour « démesuré » pour la Catalogne peine à convaincre. À Matignon et à Perpignan il affirmait : « Un premier ministre de la France ça ne parle pas catalan ». Il ordonnait à la police de maintenir les manifestants loin de la préfecture pour que son déjeuner ne soit pas troublé par les « vociférations » du peuple, il abusait du 49-3 pour imposer sa politique. Pour se risquer dans l’aventure barcelonaise il a fallu plus que ses envies personnelles ou la sollicitation de Ciudadanos, parti politique très à droite, diviseur de la société catalane, c’est en réalité l’appel et le soutien promis par une frange de la bourgeoisie, du patronat et de la finance catalans ou implantés en Catalogne qui ont finalement décidé l’ambitieux Valls. D’ailleurs certains grands patrons et financiers du département se disent comblés par cette candidature. Quelle aubaine en effet pour ceux qui profitent déjà de la casse du code du travail de l’autre côté des Albères, que ce libéral convaincu qui, depuis Matignon, servait si bien leurs intérêts et celui des multinationales !

À Barcelone, Valls déclame le discours habituel des « espagnolistes ». Pourtant le camp de la droite espagnole et des anti-indépendantistes est le seul que sa candidature déstabilise ! Les Barcelonais ne sont pas et ne seront pas dupes. Les enquêtes d’opinion le créditent aujourd’hui de 6 % d’intentions de votes. Aucune inquiétude, ils renverront ce « fantasma » à ses chères études. Plus justifiée est l’angoisse suscitée par les conséquences de sa campagne électorale sur le vivre ensemble. Effectivement soutenue et portée par les militants de Ciudadanos et Societat Civil (extrême droite), elle attise les tensions générées par les incessantes provocations nationalistes ou anti catalanistes. Lui-même provocateur et manipulateur politique, vue la situation tendue en Catalogne, le Français pourrait mettre le feu aux poudres et amener le gouvernement espagnol « à reprendre les choses en main ».

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64